Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Le PG près la Cour de Cassation suit de près le procès en flagrance des kidnappeurs

L’insécurité dans la ville-province de Kinshasa créée ce dernier temps par le  kidnapping de la population a eu le mérite de révéler les comportements de quelques magistrats véreux. Ils ont terni l’image de la magistrature congolaise en acceptant de libérer à coût d’argent, des bandits de grand chemin. Plus jamais ça. Le procureur général près la Cour de cassation, Firmin Mvonde Mambu, lance un signal fort pour des faits graves attribués aux présumés kidnappeurs présentés lundi 3 juillet dernier. Chacun des kidnappeurs auraient avoué des soutiens divers dont ils ont bénéficié dans le sérail de la sécurité.

D’entrée de jeu, le PG près la Cour de cassation a instruit que ces malfaiteurs soient placés en flagrance. Et de préciser lors de sa visite à l’Inspection provinciale de Kinshasa : « Au-delà des faits que nous avons recueillis puisque nous sommes encore en phase préjuridictionnelle, je peux vous assurer que je suis très content des résultats réalisés par la Police nationale Ville de Kinshasa, avec à sa tête, le commissaire provincial. Ils sont passés tous aux aveux, ils nous donnent même les informations supplémentaires et je voudrais dire aussi que c’est vrai ce qu’on a entendu, ce sont de repris de justice».

Le procureur général près la Cour de cassation a profité de cette occasion pour s’enquérir de la situation des magistrats qui libèrent facilement des criminels à coup de billets. « Je suis venu surtout m’enquérir pour savoir qui sont ces magistrats qui se permettent de libérer ce genre des malfaiteurs. Les réponses me sont donnés et je peux vous rassurer que ces magistrats vont subir la rigueur de la loi même s’ils ne sont pas du parquet civil. Ils sont déjà bien identifiés», a-t-il promis.

Début du procès en flagrance des présumés kidnappeurs

Le tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe, avait renvoyé la cause à une audience publique fixée à la date du mercredi 5 juillet, sur l’instruction des dossiers relatif aux 27 présumés criminels arrêtés à Kinshasa et jugés en procédure de flagrance. L’identification des prévenus intervenue la veille soit, mardi.

L’organe de la loi avait précisé, à cet effet, que quatre griefs ont été retenus contre ces malfrats en l’occurrence : association des malfaiteurs ; enlèvement des personnes ; assassinats et vols avec violences.

Les avocats de la défense disent attendre des sanctions exemplaires contre toutes ces personnes. Ils ont en outre invité les victimes des actes de ces malfrats à témoigner devant le tribunal.

Cette deuxième audience qui se déroule en foraine à l’esplanade du ministère de l’Intérieur, a poursuivi avec l’identification des prévenus qui n’étaient pas identifiés à l’audience précédente. « …Il s’agit d’une bande organisée ayant à sa tête Ngala Lumamba Pidou. Christian Bigboy est l’organisateur qui dirige ce groupe (…) C’est depuis des années que d’une façon ou d’une autre, ils participent à ces enlèvements. Vous verrez qu’il y a une répartition des tâches dans leur modus operandi, dans des enlèvements, les placements dans les véhicules et également dans les vols récurrents des motos… », a déclaré le ministère public lors de la présentation des faits reprochés aux prévenus.

Quelques victimes de ces enlèvements se constituent parties civiles et racontent les déroulements des infractions commises à leurs encontre ou contre leurs proches. La population a assisté à ces récits, choquée par la cruauté des faits rapportés.

Emma Muntu