Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Mines : un Collectif des agents et cadres de l’Administration centrale dédouanent et encensent le travail du Secrétaire Général Jacques Ramazani

Accusé à tort par un membre du syndicat, le Secrétaire Général au ministère des Mines, Jacques Ramazani Lutuba bénéficie d’un grand soutien du Collectif des agents et cadres de l’administration centrale. Dans la déclaration signée par Kaluba André, porte-parole dudit collectif, cette structure a recadré ce qu’il qualifie des déviations mensongères du SG de Syndicat National de Finances. Ce dernier parle en lieu et  place du délégué de l’intersyndical aux Mines contre le numéro un de l’administration des Mines en soutenant que ce collectif s’oppose à l’instrumentalisation des syndicalistes contre Monsieur Ramazani. À en croire ledit collectif, il n’y a jamais eu une quelconque dictature dans cette administration de l’Etat étant donné que la délégation syndicale participe à toutes les commissions liées aux primes des agents, gestion du personnel et même celles liées aux dossiers de différentes sociétés minières. Ils ont donc un quota quant à ce. Le Vice-premier Ministre de la Fonction Publique JP LIHAU est appelé à assainir en toute urgence l’Administration des Mines.

Ci-dessous, l’intégralité de la déclaration du collectif des agents et cadres de l’Administration centrale des Mines.

Déclaration d’un collectif des agents et cadres de l’administration centrale des Mines

Nous venons ici recadrer les déviations mensongères de Monsieur AMISI, permanent de SYNAFI qui parle en lieu et place du délégué de l’intersyndical aux Mines contre le Secrétaire Général aux Mines tout simplement par ce que le comptable affecté aux Mines a été remplacé pour fautes graves. C’est pourquoi ce dernier instrumentalise les syndicalistes contre le SG.

Il n’y a jamais eu dictature dans l’administration sus dite, la délégation syndicale participe à toutes les commissions liées aux primes des agents, gestion du personnel et même celles liées aux dossiers des différentes sociétés minières. Ils ont donc un quota quant à ce.

Au lieu de Régulariser 78 N.U.,   un arrêté a été pris pour 4084 N.U. n’ayant jamais presté aux Mines. Ce qui a pour conséquence :

– L’émiettement des primes

– L’incapacité d’accueil.

Et Monsieur AMISI a été complice de ce désordre.

C’est pourquoi nous demandons au Vice-premier Ministre de la Fonction Publique JP LIHAU d’assainir en toute urgence l’Administration des Mines.

Fait à Kinshasa, le Mardi 09 Mai 2023

Pour le Collectif

Kaluba André

Porte-parole