Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Nouveau bras de fer en vue entre l’opposition et la police

Le quatuor de l’opposition en réunion à Faden House mercredi 24 mai, a décidé de braver l’ordre du vice-gouverneur Gecoco Mulumba à quelques heures du sit-in. Moïse Katumbi, Martin Fayulu, Augustin Matata et Delly Sesanga ont décidé de maintenir leur rendez-vous devant la Centrale électorale, du reste, considérée comme Zone neutre. Ils s’opposent également à la proposition de l’adjoint de Gentiny Ngobila qui leur a suggéré de mettre en place une délégation de 10 personnes pour déposer leur observation à la CENI.

Pour Martin Fayulu de l’Ecidé : «C’est juste pour vous dire que demain jeudi nous maintenons notre sit-in devant le bureau de la CENI sur le boulevard du 30 juin ici à Kinshasa. Nous avons reçu une correspondance signée par le Vice-gouverneur de Kinshasa, nous disant que cette zone, c’est une zone neutre. Nous ne reconnaissons pas son arrêté. Il a décrété la même chose pour le tronçon allant de l’aéroport de N’djili jusqu’au pont Matete, mais plusieurs fois ça été violé». Ce, avant de considérer que cette décision de l’Hôtel de ville est injuste étant donné que les partisans de l’Union sacrée et les musiciens ont utilisé la même voie pour leurs activités.

Tout en réitérant son appel à la population de se présenter en masse à la CENI, il affirme : «Nous disons à toutes les Congolaises et à tous les Congolais se trouvant à Kinshasa d’être présents très tôt matin sur le lieu, c’est-à-dire, au siège de la Commission électorale nationale, dite indépendante. Que personne ne vous trompe, que personne ne vous déroute».

Ils ont en outre motivé leur sit-in en remettant en cause la fiabilité du fichier électoral en le qualifiant de «torchon».

«Nous serons là surtout pour dire à la CENI que la fabrication qu’elle a orchestré du fichier électoral, personne n’est dupe et personne ne peut accepter cela. Nous sommes là pour revendiquer cela. Nous sommes là pour revendiquer les élections transparentes, inclusives, impartiales et apaisées et ces élections crédibles commencent par un fichier électoral fiable et ce que la CENI a fait est un torchon», a-t-il déclaré.

Un deuxième test pour le quatuor après la marche du samedi 20 mai dernier. Sans nul doute, pour cette fois-ci, les forces de sécurité vont verrouiller les voies d’accès conduisant au siège central de la CENI.

Emma Muntu