Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

RDC : Félix Tshisekedi appelle à l’unité entre l’Eglise et le Pouvoir à la veille des élections 2023 !

Le Président de la République qui est arrivé à Mbuji-Mayi samedi 24 juin dernier, a pris part le lendemain, soit le dimanche 25 juin, à la messe solennelle au stade Kashala Bonzola à Mbuji-mayi célébrée pour les 25 ans de l’épiscopat de Mgr Bernard Kasanda, évêque du diocèse de Mbuji-Mayi. C’est la quatrième visite de Félix Tshisekedi au Kasaï Oriental. Près de 40.000 personnes ont participé à cette célébration eucharistique. Le Chef de l’Etat ne s’est montré tendre vis-à-vis du clergé catholique face au risque de diviser les Congolais à l’approche d’élections.

Prenant la parole pour la circonstance, le Chef de l’Etat a commencé par réaffirmer l’unité qui doit exister entre l’Eglise et le pouvoir, avant de dénoncer sur un ton sec l’attitude de certains prélats catholiques qui, d’après lui, risque de diviser les Congolais à la veille des élections.

Il a fait savoir à cet effet : « C’est peut-être ici l’occasion pour moi de tirer la sonnette d’alarme par rapport à une certaine dérive constatée au sein de l’église catholique. Une dérive que je qualifierais de dangereuse surtout en cette année électorale, l’église doit être au milieu du village. Ici, je serai tenté de dire l’église doit être au milieu des Congolais, elle doit prêcher l’amour, l’unité et l’égalité, l’Eglise doit accompagner toutes les filles et fils de la République qui sont en politique de la même manière sans distinction aucune car il y va de la de la stabilité de notre cher pays».

Félix Tshisekedi a saisi cette opportunité pour encourager l’évêque jubilaire du diocèse de Mbuji-Mayi, Mgr Emmanuel Bernard Kasanda, à continuer de prêcher l’évangile de paix aux fidèles catholiques basés au Kasaï Oriental. Le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), Mgr Marcel Utembi s’est réjoui, quant à lui, de la proximité de Félix Tshisekedi envers l’Eglise catholique et des Congolais.

Et le Chef de l’Etat d’enchainer : «Et je sais que vous Monseigneur Utembi, que vous Monseigneur Kasanda, comprenez cela de la plus belle manière. Il se fait que parmi vous il y a malheureusement quelques personnes qui ont pris une tendance dangereuse qui risquerait de diviser notre nation. En tant que garant de l’unité de cette nation, je me sens obligé de dire que je n’accepterai jamais une telle dérive. Je continuerai parce que j’y crois à entretenir les meilleures relations avec l’église en général et l’Eglise catholique en particulier».

A propos de l’insécurité à l’Est

Félix Tshisekedi s’est également montré intransigeant sur la sécurité à l’Est du pays avant de réaffirmer sa détermination à protéger l’intégrité territoriale de la République Démocratique du Congo. Sur un ton ferme, il a mis en garde toute personne qui mettrait en danger la sécurité du pays et sa stabilité.

«Je vais terminer mon propos en réaffirmant encore ma détermination à garder ce pays uni et à le pacifier, je ne reculerais pas devant les menaces et les intimidations de toute genre. J’ai passé quasiment les 3/4 de ma vie à combattre aux côtés d’un grand homme je citais Étienne Tshisekedi wa Mulumba d’heureuse mémoire, cet homme m’a appris l’amour du Congo et des Congolais et donc je ne serai jamais, au grand jamais le fossoyeur du Congo et des Congolais», a-t-il indiqué.

Et de conclure : «En revanche, je m’attaquerai sans hésitation, sans remords à tout Congolais qui mettrait en danger la sécurité et la stabilité de notre pays. Peu importe ce que l’on dira, violation des droits de l’homme, privation de liberté, je n’en démordrais pas parce que démocrate je suis, démocrate, je resterai, je n’ai aucune leçon à recevoir de qui que ce soit dans ce domaine».

C’est dans un climat de fortes tensions entre d’un côté, la République démocratique du Congo et l’Eglise catholique qui tient à la crédibilité des scrutins et de l’autre côté, avec l’opposition qui exige avant toute chose, la révision du fichier électoral, la recomposition du bureau de la CENI…

Emma Muntu