Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

RDC : le   Programme Intégré REDD+ Haut-Uélé officiellement lancé 

*Lancement national du Programme Intégré pour la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts dans la province du Haut-Uélé (PIREDD-HU), avec l’appui du Gouvernement de la République de Corée.

Le Gouvernement de la République de Corée, à travers son agence de coopération internationale (KOICA) soutient un programme tablé sur des solutions alternatives plus innovantes et durables pour réduire les menaces sur les forêts dans la province du Haut-Uélé

La cérémonie officielle de lancement du Projet « Programme Intégré REDD+ Haut-Uélé (PIREDD-HU) » financé par le Gouvernement de la République de Corée à travers la KOICA s’est tenu ce mardi 22 mai 2023 dans la ville-province de Kinshasa. Elle a été organisée par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en partenariat avec le Gouvernement de la République Démocratique du Congo.

Dans son mot de circonstance, S.E.M. Cho Jaichel, Ambassadeur de la République de Corée, a souligné : « …Ainsi, l’avenir du monde dépend de la façon dont nous gérons les arbres. Toutefois, nous sommes aujourd’hui en train de faire face à un dilemme crucial : le développement ou la préservation de la nature ».

Et d’ajouter : « Grâce à ce programme, j’espère voir le peuple congolais mettre en place des moyens pour résoudre ce dilemme de l’harmonisation entre la préservation de la nature et le développement économique. De plus, fort de sa forêt tropicale humide et de son fleuve, dont les eaux du bassin lui confèrent la deuxième place du fleuve le plus puissant au monde par son débit, la République démocratique du Congo est appelé à jouer pleinement son rôle de pays-solution dans la crise climatique».

L’Ambassadeur de Corée a continué : « En effet, la Corée a partagé jusqu’à ce jour ses expériences de développement avec la RDC afin de lui permettre de transformer son grand potentiel en progrès ».

Dans le cadre de la coopération, l’Ambassadeur a déclaré : « Les relations entre la République démocratique du Congo et la Corée sont au beau fixe. Pour preuve, le 1er  avril de cette année, nous avons célébré le 60ème anniversaire de l’établissement de nos relations diplomatiques. A cette occasion, les Présidents et les Ministres des Affaires étrangères des deux pays ont échangé des messages de félicitions. D’autre part, le Président coréen a envoyé un message de condoléances à son homologue congolais suite aux décès causés par l’inondation qui a eu lieu récemment à l’Est de la RDC. ».

Cette cérémonie a connu la participation de plusieurs personnalités congolaises notamment le Vice-Gouverneur de la Province du Haut-Uélé, le Représentant du PNUD/RDC, Monsieur Mama et d’autres officiels des organismes internationaux accrédités en République démocratique du Congo.

En effet, la Corée a partagé jusqu’à ce jour ses expériences de développement avec la RDC afin de lui permettre de transformer son grand potentiel en progrès. Mon Gouvernement soutient de nombreux projets à travers la RDC. A titre d’exemple, nous pouvons citer, entre autre, la construction du Musée national et de l’usine de fourniture d’eau potable de Lemba Imbu à Kinshasa, la réhabilitation du Grand Laboratoire de Lubumbashi, le projet d’amélioration de la santé maternelle et infantile au Kwango, et le projet de déminage à l’Est de la RDC lancé récemment.

A propos du projet

Le Gouvernement de la République de Corée, à travers l’Agence Coréenne de Coopération Internationale, KOICA en sigle, a financé ce projet à hauteur de 9 millions de dollars américains suivi d’une contribution de 1 million de dollars pour le PNUD.

Avec ces fonds, le programme vise à améliorer la gouvernance des ressources naturelles (forêts et terres) dans les zones cibles, d’une part (avec comme résultats : le renforcement de la capacité coopérative de REDD+ et l’établissement du plan territorial de REDD+) ; et d’autre part, renforcer la protection et la gestion durable des forêts en réduisant l’impact des activités économiques et de la dynamique démographique, avec une attention particulière à l’intégration des populations marginalisées dont les femmes, les jeunes et les peuples autochtones pygmées (avec comme résultats : la diversification de l’agriculture et de l’infra-vert forestier pour REDD+). Plus de 168 000 personnes dans la province du Haut-Uélé bénéficieront de ce projet (soit 168 565 habitants et 94 agents de l’Etat).

A l’issue du projet, les structures de concertation multi-acteurs/multi-secteurs seront opérationnelles. Il y aura une facilitation de l’attribution des terres et une exploitation optimisée des ressources naturelles ; des plans concertés d’occupation des sols seront élaborés par les institutions et les collectivités locales à tous les niveaux de gouvernance territoriale ; les droits fonciers des communautés locales, y compris les individus bénéficieront des investissements REDD+ et celle-ci est mise en œuvre de manière transparente, en tenant compte des risques et des changements ; les ménages de producteurs agricoles adopteront des modèles plus productifs, diversifiés, économiquement viables et à impact réduit sur la forêt ; les exploitants forestiers et les communautés locales intègrent des pratiques durables dans l’exploitation des ressources forestières ligneuses (bois d’œuvre et bois de feu) et non ligneuses ; et des moyens de subsistance alternatifs qui contribuent à la gestion durable des ressources naturelles seront développés au profit des communautés locales, notamment les femmes, les jeunes et les peuples autochtones.

Pour rappel, le Programme Intégré REDD+ vise à réduire la déforestation et la dégradation des forêts, et à améliorer durablement les revenus des communautés locales dont les peuples autochtones, les femmes et les jeunes dans les zones cibles de la Province du Haut-Uélé.