Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Recherche, innovation et inventivité pour le développement de la RDC, Conclave du génie scientifique congolais: Gilbert Kabanda annonce des signaux forts 


Gilbert Kabanda veut marquer la rupture avec le passé à la tête du ministère de la Recherche scientifique. Il s’engage à prêcher par les actes pour consolider la vision du Président de la République, Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, telle qu’endossée par le Gouvernement de la République que dirige le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge. Le changement de narratif cher aux warriors le lui oblige. C’est dans cette dynamique qu’il annonce, pour le mois d’août prochain, la tenue du tout premier  ‘’Conclave du génie scientifique congolais’’. Par ce rendez-vous, le ministre Gilbert Kabanda envisage de mettre en place des mécanismes qui puissent promouvoir davantage la recherche en vue de booster le développement du pays par l’innovation et l’inventivité. Le modèle du développement chinois faisant foi.

Au cours d’un entretien avec des responsables des médias, jeudi 29 juin 2023, dans la commune de la Gombe, précisément à l’immeuble Kasaï, qui abrite son ministère, il a rassuré que le Président Félix Tshisekedi et le Premier ministre Sama Lukonde accordent une attention particulière à cette nouvelle approche qui, manifestement, va contribuer, tant soit peu, à résoudre plusieurs défis auxquels la RD Congo, en dépit de ses richesses, fait face, depuis des décennies entières, dans différents domaines de la vie nationale. L’ancien ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants dit croire fermement à l’intelligentsia congolaise. Il reste, bien plus, confiant que le grand Congo va se réveiller de son sommeil avec un peu de volonté. Pour lui, en effet, le principe est simple : « Tant que nous-mêmes, nous ne valorisons pas, par nos intelligences, les potentialités, le Congo restera un pays pauvre ».

L’Etat congolais face à ses responsabilités

«Nous le savons tous que le palmier nain est d’origine congolaise et c’est la Malaisie qui l’a mis au point scientifiquement. Nous l’avons chez nous, mais c’est la Malaisie aujourd’hui qui est le premier producteur mondial d’huile de palme et nous savons ce que l’huile de palme est dans toute l’industrie nationale. C’est une potentialité nationale qui est devenue une richesse Malaisienne grâce aux cerveaux Malaisiens. Le Cacao de la Côte d’ivoire, qui a fait de la Côte d’Ivoire le premier producteur mondial et premier exportateur de Cacao, est aussi d’origine congolaise. Le gros de l’économie ivoirienne aujourd’hui repose sur le Cacao. En 1960, nous étions pratiquement le pays africain noir le plus avancé en matière de recherche… Aujourd’hui, vous connaissez l’état de notre Gécamines. Devant cette réalité, un bon nombre de compatriotes se sont décidés de valoriser leur connaissance et ils ont produit des inventions, ils ont produit des innovations… En 1986, à la Foire de Kinshasa, six jeunes gens de Ndjili ont présenté à la Nation un hélicoptère. Cet hélicoptère a tourné le moteur, a décollé devant nous. L’Etat congolais les a ignorés», a-t-il mis en exergue, avant de faire comprendre que ‘’si l’Etat congolais les avait pris en charge, nous serions fort probablement aujourd’hui exportateur d’hélicoptères’’.

Développement par la science et l’invention

«Plus récemment, nous avons des chercheurs, comme Madame Kirongonzi, qui nous a conçu un robot feu rouge. J’ai appris que c’est le premier prototype dans le monde. C’est une invention congolaise. Ce robot fonctionne, nous le voyons à Kinshasa, dans certaines villes mais ne semble pas avoir été adopté par notre gouvernement pour être un bien industriel congolais à utiliser au Congo et, pourquoi pas, à exporter. Nous avons un doyen, le Professeur Muyembe, qui a inventé un antiviral contre la maladie à virus Ebola. Ce médicament soigne bel et bien l’Ebola. Mais, il n’est pas produit chez nous. Nous avons le Meyamicine, qui est un produit formidable. Mais, lorsque vous voyez ce médicament dans les pharmacies, vous verrez que ce n’est pas développé pourtant c’est un produit formidable qui dépasse tous les médicaments occidentaux… ça fait plus de quarante ans que le Meyamicine est sur le marché. Nous avons le Manacovid aussi qui attend ses preuves scientifiques à la faculté de Médecine. (…), à l’image de la Chine, lorsque Mao est mort en 1976, la Chine était pratiquement au même pied d’égalité sur le plan développement économique que notre pays, dans les statistiques économiques internationales… Tous les pays sont devenus grands par la science, par l’invention. Nous ne serons pas grands par l’exportation de notre cuivre et notre coltan. Plus d’ailleurs nous exportons, plus nous serons pauvres », a-t-il, tout serein, insisté.

Fatshi et Sama en alerte

 Il a, toutefois, insisté sur l’implication de l’Etat pour un véritable changement de paradigme. ‘’ Il est donc temps que l’intelligentsia congolaise, le génie congolais qui s’est manifesté soit pris en charge de la façon qu’il faut par la nation, à travers son gouvernement. Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, qui ont reçu mon cri d’alarme m’ont dit d’aller de l’avant », a-t-il indiqué.

Gloire Mfemfere