Switzerland

Allemagne: L’extrême droite tient un congrès controversé

En pleine pandémie, les partisans de l’extrême droite allemande se sont réunis en Rhénanie-du-Nord-Westphalie pour un congrès qui fait jaser.

Alexander Gauland, présent à Kalkar pour le congrès de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne), a provoqué un tollé en insultant des députés. Il a présenté ses excuses.

Alexander Gauland, présent à Kalkar pour le congrès de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne), a provoqué un tollé en insultant des députés. Il a présenté ses excuses.

KEYSTONE

Quelque 600 délégués du parti d’extrême droite allemand, qui affiche sa solidarité avec le mouvement des opposants au port du masque, ont entamé samedi un congrès controversé alors que l’Allemagne peine à combattre la deuxième vague du virus.

Le co-président de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) Tino Chrupalla a dénoncé d’entrée «la politique d’État d’urgence» menée par le gouvernement d’Angela Merkel contre le coronavirus.

«Des vies sont brisées, une vague de faillites est déjà en cours (…) Beaucoup de gens perdent leur emploi», a-t-il déclaré.

Ce rassemblement se tient jusqu’à dimanche à Kalkar, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, sur les lieux d’une ancienne centrale nucléaire jamais entrée en service, transformée en parc de loisir et complexe hôtelier.

Le chef du premier parti d’opposition allemand a exhorté les délégués à observer scrupuleusement le respect des gestes barrières et le port du masque de protection, condition sine qua non à la poursuite du rassemblement.

L’AfD a prévu son propre service d’ordre pour veiller à l’application des consignes dans le bâtiment qui rassemble au total quelque 800 personnes, collaborateurs du parti et journalistes compris.

Selon la police, environ 500 personnes manifestaient pacifiquement contre la tenue du congrès à l’appel d’un collectif «Debout contre le racisme» composé d’ONG, de partis et de syndicats.

Potentiel «Hot spot»

L’organisation d’un tel événement suscite de vives critiques alors que l’Allemagne vient tout juste de décider une réduction drastique des contacts face à la propagation de la pandémie.

La maire de Kalkar Britta Schulz a dénoncé une décision «irresponsable» de la part de l’AfD, craignant l’émergence d’un nouveau «hot spot» d’infection au virus.

Les autorités ont toutefois dû donner leur aval car le congrès, qui doit aboutir à l’élection de divers membres de la direction du parti, entre dans la catégorie des exceptions prévues dans la région.

Le parti conservateur d’Angela Merkel, qui doit élire un nouveau dirigeant et potentiel candidat à la chancellerie, a pour sa part, compte tenu la crise sanitaire, renoncé à tenir son propre congrès prévu début décembre.

Et le parti écologiste a organisé le sien via vidéo-conférence le week-end dernier. L’Allemagne a dépassé vendredi le million de cas de coronavirus depuis le début de la pandémie, et enregistré près de 16’000 décès, selon les données de l’institut de veille sanitaire Robert Koch.

Le pays a récemment durci ses mesures de restrictions, face à un nombre d’infections quotidiennes toujours «beaucoup trop élevé», selon la chancelière.

«Propagande de guerre»

L’AfD, qui a bâti son succès en surfant sur les craintes des Allemands face aux migrants arrivés par centaines de milliers en Allemagne à partir de 2015, s’est positionné ces dernières semaines aux côtés du mouvement de protestation contre les restrictions anti-pandémie.

L’un de ses dirigeants, Alexander Gauland, a récemment accusé l’exécutif d’utiliser «une propagande de guerre» pour imposer «sa dictature corona».

Et des membres de l’AfD défilent régulièrement aux côtés des militants anti-masque. Lors de la dernière manifestation à Berlin, émaillée de violences, la police a fait usage d’un canon à eau.

Des manifestants, invités par deux membres de l’AfD dans le bâtiment de la chambre des députés, ont même interpellé et insulté des élus, y compris le ministre de l’Economie Peter Altmaier. L’incident a provoqué un tollé et contraint Alexander Gauland à présenter ses excuses au nom de l’AfD.

À un an des élections législatives, l’extrême droite est plus affaiblie que jamais par des dissensions internes. Dans un sondage de l’institut Forsa diffusé samedi, elle est créditée seulement de 7% des intentions de vote, son plus mauvais score depuis juillet 2017 et loin des 15% recueillis au plus fort de la crise migratoire.

Angela Merkel, qui doit boucler l’an prochain son quatrième et dernier mandat, atteint de son côté des records de popularité, la majorité des Allemands saluant sa gestion de la crise sanitaire.

AFP/NXP

Football news:

Nagelsmann über das Interesse von Real Madrid: Nicht das Schlimmste, was man Lesen kann, definitiv. Aber die Medien haben nicht immer Recht
Hazard erzielte und gab in La Liga zum ersten mal seit Oktober 2019 einen Torschuss ab
Ronald Koeman: Griezmann spielt in den letzten spielen gut. Aber wir brauchen auch Tore von anderen Spielern, sagte Barcelona-Trainer Ronald kouman über Stürmer Antoine Griezmann. Nicht nur Griezmann muss einen Schritt nach vorne machen, wir können ihn nicht zu stark unter Druck setzen. Er kämpft immer
Zlatan Ibrahimovic: Milans Sieg in der ersten Runde kostet nichts. Wir müssen zu uns kommen
Alan Shearer: Foden erinnert an Gascoigne. Pep war geduldig und erntet die Früchte
Simeone über den Wechsel von Suarez: im Gespräch am Telefon spürte er Leidenschaft, Energie. Atletico-Trainer Diego Simeone Sprach vor seinem Abschied vom FC Barcelona von einem Telefonat mit Stürmer Luis Suarez
Guardiola über 3:1 gegen Cheltenham:auch beim 0:1 nicht entmutigt. City hatte von der ersten Minute an klare Momente