Switzerland

Belle histoire à Troistorrents: À 50 ans, le père réussit son certificat en même temps que son fils de 19 ans

Cyril et Noa Marcié ont obtenu tous deux leur CFC cet été. Le premier s’est reconverti en menuisier. Son fiston est devenu charpentier.

Menuisier et charpentier, Cyril Marcié et son fils Noa réparent le chalet familial.

Menuisier et charpentier, Cyril Marcié et son fils Noa réparent le chalet familial.

Chantal Dervey

Non, Cyril Marcié (50 ans) n’est pas un cancre! Bien au contraire: l’histoire de cet habitant de Troistorrents (VS) est celle d’une reconversion plutôt bien réussie. À la fin juin, ce pâtissier de formation a décroché son certificat fédéral de capacité (CFC) de menuisier alors que son fils cadet Noa (19 ans) obtenait simultanément celui de charpentier. «Je suis très fière de lui, glisse son épouse, Barbara Marcié. Car cela n’a pas été facile pour lui, âgé de 47 ans, de se retrouver aux côtés d’élèves de 15 à 18 ans. Le plus drôle est que dans son jeune âge, il détestait l’école.»

Avec une moyenne de 4,8, le père a mieux réussi que le fils (4,3). «Oui mais lui, il a bossé tous les soirs et le week-end, alors que je me suis contenté de réviser mes leçons juste avant les cours», sourit le rejeton. C’est que Cyril Marcié n’a pas vraiment eu le choix, lui. Intolérant à la farine, il était quasi forcé de se reconvertir. Et s’il a finalement opté pour la sciure, ce n’est pas pour rien: «La menuiserie me passionnait. Mon père était d’ailleurs aussi menuisier. Une conseillère en orientation m’a ensuite encouragé à me lancer dans une formation dans ce métier.»

Petit clin d’œil du destin, c’est DM Bois à Saint-Maurice, l’entreprise qui employait déjà son fils depuis un an, qui l’a engagé comme apprenti. Il a pu effectuer son apprentissage en trois ans au lieu de quatre, compte tenu des formations qu’il avait déjà effectuées. L’ex-quadragénaire a été très bien accepté par ses collègues: «Tout s’est passé le plus naturellement du monde, raconte le fils. On a bien le droit de faire un apprentissage à 47 ans! Même si, à mon âge, c’est davantage dans l’ordre des choses.» Et Cyril Marcié confie être de nature très conciliante. «Au début, mes collègues, voire les professeurs eux-mêmes, se demandaient si je n’étais pas enseignant. Puis des liens plus étroits se sont tissés, notamment dans le cadre des cours de sport. Car je suis sportif, appréciant notamment les arts martiaux et la course à pied.»

Tout réapprendre

Pour Cyril Marcié, le plus difficile a été la théorie: «Il a fallu apprendre à tout réapprendre. La première fois que j’ai reçu mes fiches de cours, j’ai été pris de panique. La menuiserie, c’est plus compliqué que la pâtisserie. On survole le tableau des éléments. Il faut donc se replonger dans la chimie et la physique. Sans compter la trigonométrie et surtout l’informatique. Car l’époque des planches à dessin est bien révolue. Mais, heureusement, j’ai tenu bon!» Le quinquagénaire confie avoir mis toute son énergie dans son nouveau métier: «J’aurais été honteux d’échouer.» «Moi, au vu de mon âge, j’avais moins de pression», estime le fiston.

La première fois que j’ai reçu mes fiches de cours, j’ai été pris de panique. La menuiserie, c’est plus compliqué que la pâtisserie

Cyril Marcié

Mais se lancer dans une telle aventure est aussi un défi financier, à entendre Barbara Marcié, qui a assuré l’essentiel des revenus de la famille ces trois dernières années: «Le salaire d’apprenti de 12 francs de l’heure de mon époux, bien que supérieur à celui de Noa (8 francs de l’heure), ne suffisait pas. Nous ne recevions pas d’allocations familiales pour lui. Et nous n’avions pas plus droit aux assurances chômage et invalidité, mon époux ayant été indépendant auparavant. Tout cela peut freiner les velléités de reconversion.»

Cyril Marcié n’en continuera pas moins la pâtisserie comme hobby. Il a régalé toute la famille lors de ses 50 ans en concoctant un excellent fraisier: «La pâtisserie est à la boulangerie ce que la menuiserie est à la charpenterie», sourit le nouveau diplômé. Nous sommes beaucoup plus minutieux. «C’est vrai que les charpentiers sont un peu considérés comme des castors», acquiesce son fils, hilare. Et aussi fier de son père.

Football news:

Bent ob alli bei PSG: das Spiel mit Neymar und Mbappé wird sein Niveau heben. Der Frühere Tottenham-Stürmer Darren Bent hat sich über einen möglichen Wechsel von Spurs-Profi Del alli zu PSG geäußert
Sandro Tonali: Zlatan ist ein Vorbild für Mailand und ein Idol für alle
PAOK unterschrieb Stürmer Ciolak. Er war in der vergangenen Saison in der kroatischen Meisterschaft in den Top 3.PAOK gab bekannt, einen Vertrag mit Stürmer Antonio Ciolak unterschrieben zu haben. Der Vertrag mit dem 27-jährigen, der in die Kroatische Nationalmannschaft berufen wurde, ist für vier Saisons ausgelegt. Die transaktionssumme wird auf 3,5 Millionen Euro geschätzt. In der vergangenen Saison absolvierte ciolak in Rijeka 40 Spiele in allen Turnieren. In denen er 26 Tore erzielte und 4 Assists gab
Stan Collimore: Bale bei Tottenham ist der Zug der Verlierer. Liverpool-der ehemalige Liverpool-Stürmer Stan Collimore verglich die Transferpolitik der roten und Tottenham Hotspur
In der Türkei wird zum 9.Mal in 15 Jahren das Limit für Legionäre geändert. Es scheint, dass die Verschärfung Erdogan und Agenten
Jovic will zur Eintracht zurückkehren. Ihm gefällt die Einstellung von zidane nicht
Gary Neville: Manchester United braucht 4-5 Spieler und nur einen. Es gibt keine Entschuldigung