Switzerland
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Édito sur la hausse des prix: Le pouvoir d’achat, un enjeu électoral

Édito sur la hausse des prixLe pouvoir d’achat, un enjeu électoral

Face à l’inflation, gauche et droite tentent de dicter leur remède. Mais aussi de soigner leur électorat et d’imposer leurs thématiques.

Énergie, voitures, appareils ménagers: les prix prennent l’ascenseur. Face à une inflation qu’on n’a plus observée depuis des années, même le ministre de l’Économie, l’UDC Guy Parmelin, appelle à une hausse des salaires. Bien qu’il refile la patate chaude aux partenaires sociaux, ce fait rarissime montre que la situation préoccupe dans les plus hautes sphères du pouvoir.

Dans un sujet aussi complexe, les remèdes miracles n’existent pas. Ce qui n’empêche pas le parlement d’aligner des propositions aux airs de déjà-vu. Grossièrement résumé, la droite – UDC, PLR, Le Centre – ressort ses arguments du «moins de taxes» ou plus de déductions fiscales, en les axant cette fois sur l’essence.

En face, le PS en profite pour réclamer une redistribution générale d’argent, sauf aux ménages les plus aisés. Car il n’y a pas que l’essence. Depuis des années, les loyers et les primes plombent le porte-monnaie. Sans oublier que ce sont deux de ses thèmes de prédilection de la gauche. Bref, chacun parle pouvoir d’achat en profitant, du même coup, de soigner son électorat.

«Chacun parle pouvoir d’achat en profitant, du même coup, de soigner son électorat.»

Ces deux options ne font pas qu’agiter la Suisse. Résumer le chèque fédéral du PS à du populisme de gauche serait oublier que Macron le libéral le propose en France. Quant à la baisse des taxes sur les carburants, ce n’est pas qu’une doctrine de la droite, puisque le socialiste Scholz vient de l’utiliser pour réduire le prix du litre d’essence en Allemagne.

Entre ces deux visions, une troisième pourrait surgir. Celle d’Ueli Maurer. Pour le ministre UDC des Finances, il n’y a tout simplement pas d’argent pour cela. Et d’enfoncer le clou, quitte à faire enrager dans son propre camp: «Oui, dans la riche Suisse, le prix de l’essence reste abordable.»

La différence? C’est que lui n’a pas d’élection à gagner dans un an.

Florent Quiquerez est journaliste à la rubrique Suisse depuis 2015. Spécialisé en politique, il couvre avant tout l'actualité fédérale. Auparavant, il a travaillé comme correspondant parlementaire pour les Radios Régionales Romandes.

Plus d'infos

Vous avez trouvé une erreur? Merci de nous la signaler.