logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Switzerland

En chimio, Benoît Genecand fustige le lobby des paysans

Le conseiller national Benoît Genecand n'a pas assisté à un seul jour de la session d'été du Conseil national. Et pour cause. L'élu a appris qu'il avait le cancer à la fin mai lors d'un contrôle de routine. Il a subi une opération et suit désormais une chimiothérapie pour vaincre son cancer avancé au stade 4. Des informations qu'il a lui-même données sur son profil Facebook.

Benoît Genecand, on le sait, est un élu engagé qui peut avoir la dent féroce. Eh bien, malgré la chimiothérapie, il n'a pas perdu son goût du combat politique. Il vient d'intervenir ce jeudi matin de façon tonitruante sur les deux initiatives populaires antipesticides qui sont en discussion à Berne. Il intervient bien sûr à distance sur son profil Facebook.

«Rapport incestueux»

Que dit Genecand ? Qu'il faut absolument proposer un contre-projet, actuellement combattu par son parti. Mais ce qui frappe dans sa prise de position, c'est sa charge violente contre le lobby paysan sous la coupole. «En luttant contre le contre-projet, l'Union suisse des paysans ne lutte pas pour la qualité de nos terres, pour la durabilité de nos sols, pour la pureté de nos ruisseaux et nos rivières, pour la biodiversité et l'environnement. L'USP lutte en vase clos pour préserver la haute main dans le rapport incestueux - monde agricole versus Confédération - qui perdure depuis trop longtemps : vouloir toucher le maximum de paiements directs sans avoir à rendre de compte sur le rapport entre agriculture et protection de l'environnement. »

Il appelle les élus à ne pas «plier le genou» pour assurer leur réélection. Et il ne croit pas une seconde aux promesses de l'USP d'améliorer véritablement les choses pour l'environnement. «L'USP veut l'échec des deux initiatives devant le peuple. Et un échec sans conditions pour pouvoir négocier les mains libres la politique agricole 2022+. Quand on sait qu'ils mèneront cette négociation avec Guy Parmelin, on voit bien la pression qu'ils subiront pour faire des efforts environnementaux. »

Le Conseil national devrait voter dans les prochaines minutes.

[Développement suit]

All rights and copyright belongs to author:
Themes
ICO