Switzerland

Le meilleur des blogs: Alain-René Arbez: Samuel Paty, honoré à La Sorbonne

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs, sélectionnez la rubrique OPINION! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Alain-René Arbez: Samuel Paty, honoré à La Sorbonne

La Sorbonne, symbole d’excellence. C’est là qu’a eu lieu – en présence des autorités de l’Etat, la cérémonie officielle d’adieu à Samuel Paty, victime de l’intolérance islamique. Avec le leitmotiv du respect de l’Ecole laïque de la République, ce fut un moment d’intense émotion. Mais la Sorbonne a une histoire, et il est bon de ne pas oublier de quelle instance théologique et philosophique vient la qualité des enseignements qui s’y sont développés depuis le Moyen Age. La Sorbonne tire son nom d’un prêtre, Robert de Sorbon, né en 1201 et mort en 1274 à Paris. Nous sommes à l’époque de l’essor des grandes universités européennes, centres éminents de culture qui marqueront les siècles suivants. Robert de Sorbon est un fils de paysans pauvres, originaire de la commune de Sorbon, dans les Ardennes. L’Eglise offrait des bourses aux élèves de condition modeste. (...) On aimerait qu’une vraie laïcité n’occulte pas mais valorise les fondamentaux et les acquis civilisationnels précédant l’époque idéalisée des « Lumières ». Cela fait partie intégrante des valeurs que – avec le courage de Samuel Paty - les professeurs d’histoire soucieux de vérité et d’éveil des connaissances ont à cœur de partager à leurs élèves.

Pascal Décaillet: Aucune manif ne doit se dérouler jeudi à Genève !

(...) Nous les acceptons, ces mesures. Mais ça n'est pas pour que le gouvernement genevois se foute éperdument de notre gueule - et je pèse mes mots - en laissant faire, jeudi, une manif sur la place publique. Il ne faut pas venir nous raconter que les "rassemblements politiques" tombent sous d'autres lois, ou directives, que ceux du commun des mortels. On s'en fout ! On ne veut tout simplement pas entendre ça, dans le contexte de coercition générale, et de limitation progressive des libertés publiques et individuelles que nous vivons. La manifestation de jeudi ne doit pas être autorisée. Oh, le fond du problème, nous l'avons bien compris : personne, à Genève, n'ose se mettre à dos la fonction publique, tant elle est pléthorique, constituant en cela un électorat qu'il s'agit de bichonner, et avec lequel le clientélisme le plus éhonté se pratique. (...)

----------

Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.

----------

Sylvain Thévoz: Préserver la vie, à tout prix

(...) Au moment d’entrer dans les rouleaux de cette deuxième vague, la décision du Conseil d’État de baisser les salaires de celles et ceux qui étaient au front apparaît clairement comme une grave erreur politique. (...) Il y a une sortie à ce tunnel. Bien évidemment, l’État ne fait pas tout juste, mais ne nous trompons pas de colère. Les errements du Conseil d’État ne doivent pas être une excuse pour ne pas être exemplaire. Ne perdons pas de temps en vaines polémiques. Davantage de solidarité, d’engagement et d’attention aux autres sont requis de nous. Ce n’est qu’ensemble que nous sortirons de cette situation, en limitant la casse pour les plus faibles et les plus fragiles. Le plus discipliné·es nous serons, le plus rapidement ce sera. Je vous souhaite la santé et la lucidité en cette période troublée, ainsi qu’à vos proches. (...)

Edouard Cuendet: néo-colonialisme judiciaire

(...) Mais il y a pire. L’initiative introduit un renversement du fardeau de la preuve : il appartiendra à l’entreprise suisse de prouver sa diligence globale, tout au long de la chaîne de valeur, jusqu’au fournisseur du fournisseur. A défaut, sa responsabilité sera engagée, qu’elle soit une multinationale ou une PME. Cet effet extraterritorial conféré au droit suisse et le renversement du fardeau de la preuve sont totalement étrangers à notre ordre juridique. C’est une raison de plus de refuser cette initiative le 29 novembre prochain.

Edmée Cuttat: ”The Assistant” dénonce le harcèlement dans le système pourri d'une société de films

(...) The Assistant de l'Australienne Kitty Green dont on relèvera la quasi absence de dialogues, résonne évidemment fortement dans l’actualité, l'affaire Weinstein ayant servi de point de départ au film. Il repose de bout en bout sur les épaules de Julia Garner. A la fois calme et obstinée, elle se révèle excellente dans le rôle rebutant de cette assistante bonne à tout faire dont on sent l’isolement, le manque de soutien et l’écoeurement, en découvrant un système pourri qu’on accepte ou qu’on quitte. Un univers glauque aliénant, très éloigné de ses rêves de productrice. Et dans lequel, au-delà des humiliations subies, elle a au moins une chance. Comme on le lui fait remarquer, elle n’est le genre du patron. Edifiant!

Philippe Meyer: Le danger qui guette la nationalisation des compagnies aériennes

(...) Et les Etats veulent bien soutenir leurs grands transporteurs, mais à la condition d’entrer dans leur capital. Ce phénomène est tout à fait nouveau, aux Etats Unis par exemple où les dernières facilités octroyées à American Airlines sont assorties d’une prise de 25% du capital par l’Etat fédéral. Lufthansa elle-même a été contrainte d’accepter de céder la même part à l’Etat Allemand. Quant à Alitalia, elle a été nationalisée. Lorsque que l’on fera l’état de la situation en sortie de cette si difficile période, on risque bien de retrouver un transport aérien largement dépendant des Etats, comme c’était le cas il y a plus de 40 ans. Les compagnies chinoises sont déjà au service du Gouvernement, les transporteurs du Golf ne cachent pas leurs liens avec leurs Etats et les opérateurs occidentaux qui s’étaient affranchis de cette tutelle, vont sans doute y être à nouveau soumis. Cela n’a au fond que peu d’importance si les gouvernements ne cherchent pas alors à influencer la stratégie des compagnies, mais on peut en douter. (...)

Pascal Holenweg: Quand l'”économie” nourrit la pandémie (...) Selon une étude de l'Université de Berne, si le semi-confinement décidé par le Conseil fédéral le 16 mars (cela faisait déjà presque deux mois que l'épidémie avait été annoncée.) avait été imposé une semaine plus tôt, 1600 vies auraient pu être sauvées -et, à l'inverse, s'il avait été décidé une semaine plus tard, au moins 6700 personnes de plus seraient mortes du covid. L'étude bernoise aboutit à l'hypothèse que chaque jour de report du confinement aurait coûté 500 morts supplémentaires. Qu'en est-il aujourd'hui, alors que pleuvent les appels à "sauver l'économie", et donc à renoncer à toute mesure entravant l'activité des entreprises ? Est-ce l'économie qui est au service de la population, ou la population qui est au service de l'économie ? Et qui doit-on soutenir d'abord, la population ou l'économie ? La Suisse a réussi à mobiliser 62 milliards en deux mois (mars, avril) pour parer aux effets économiques du confinement. C'est quatre fois plus, six fois plus vite, que ce qui serait nécessaire pour financer la transition écologique (14 à 18 milliards par an). (...)

Claude Bonard: Le furet, le berger et le merle

Je lis ce matin dans la Julie l'intéressant article signé Thierry Mertenat intitulé “L'insolite en plein air – un iceberg géant a surgi en front de rue aux Ouches.” Dans le corps de l'article une phrase attire tout particulièrement mon attention : “Le trottoir est celui, mal nommé, du chemin des Sports, lorsqu’il croise, d’un côté, celui des Ouches, de l’autre celui du Furet.” Le furet, ce sympathique mustélidé cher au regretté Raoul Riesen aurait -t-il colonisé le quartier des Ouches aux siècles passés ? Que non point … le chemin porte en réalité le nom de François, dit Francis Furet (1842-1919) peintre, élève du maître genevois Barthélémy Menn. Cette histoire de furet me rappelle deux autres méprises amusantes et courantes, bien genevoises : celles du petit Senn et du merle d'Aubigné - qui ont pour théâtre Chêne-Bourg et les Eaux-Vives. (...)

David Frenkel: La liberté : son étendue et sa limite

Toutes libertés quelles qu’elles soient sont par essence restreintes, car elles subissent bien des contraintes. Si pour le profane, et selon l’adage, la liberté s’arrête là où commence celle d’autrui, pour les religieux, elle s’arrête aussi aux commandements de Dieu. Bien qu’il ait doté l’homme du libre arbitre, la glaive de l’enfer ou la douceur du paradis sont cependant à jamais suspendus sur lui. Le libre arbitre se résume donc pour lui à assumer la responsabilité de ses actes soit par la punition, soit par la récompense ; la liberté pour l'homme religieux n'est donc aucunement libératrice; elle n’est pour eux qu’une assumation. Et à y réfléchir, cette assumation n’a pas le même poids culpabilisateur suivant que l’on ait été chéri ou honni par la destinée. Pour les profanes vivant dans un monde civilisé, la liberté au sens factuel du terme est limitée. En effet, nul n’a le droit d’empiéter sur la vie, sur la sensibilité d’autrui. Voici un échantillon des cas d’empiétement : (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.

Football news:

Manchester City ist im Achtelfinale der Champions League ausgeschieden
Die Welt verabschiedet sich von Maradona. Selbst die Engländer vergaßen die Hand Gottes und erkannten die Größe der Legende
Mourinho kaufte der Region einen Hamon für 500 Pfund. Er habe es versprochen, wenn der Verteidiger nicht Marez trifft, sagte Tottenham-Trainer José Mourinho, er habe Verteidiger Sergio Regilon Hamon geschenkt. Der Portugiese hat dem Spanier versprochen, den besten Schinken zu geben, wenn im Spiel APL gegen Manchester City Regilon nicht zulassen, dass der Mittelfeldspieler Riyadh Marez schlagen sich, berichtet ABC
River ehrte Maradona. Diego spielte für die Rivalen des superclasico-Club
Unbekannte Geschichten über Diego: als Kind fehlte das Essen für die ganze Familie, meine Mutter vermisste Abendessen, bei der ersten Arbeit habe ich Kakerlaken mit der Hand geätzt und vor der WM 1986
Pelé über den Tod von Maradona: ich habe einen großen Freund verloren und die Welt ist eine Legende
Die Boca Juniors und International mussten am 26.November um 03:30 Uhr MEZ das erste Spiel des Achtelfinales des Copa Libertadores austragen. Nach der Entscheidung von CONMEBOL wurden sowohl dieses als auch das Rückspiel wegen des Todes des ehemaligen argentinischen Stürmers Diego Maradona um eine Woche verschoben. Das erste Spiel findet also am 3.Dezember statt, das zweite am 10. Dezember