Switzerland

Un nouveau départ pour Servette

Daniel Visentini, rubrique Sports

Articles en relation

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La dernière fois que le Servette FC est remonté en Super League, en 2011, l’exercice relevait du funambulisme. Majid Pishyar avait douché l’enthousiasme naissant dès le lendemain de la promotion en évoquant des baisses de salaire et quand il s’était débarrassé de la patate chaude en 2012, la transmettant à un pseudo-sauveur – Hugh Quennec –, les Grenat ne savaient pas encore qu’ils tombaient de Charybde en Scylla.

Admirable sur le terrain au terme de sa première saison dans l’élite depuis la faillite de 2005, l’équipe d’alors avait pourtant accroché héroïquement une place européenne. Avant une relégation sportive l’année d’après, la première et la seule de l’histoire du club. Avant une relégation administrative au troisième échelon du football suisse, en 2015. Le néant pour fatalité.

Lire aussi: «Servette doit redevenir un grand club et briller»

C’est précisément à ce moment qu’un espoir a refleuri, quand de vrais sauveurs se sont mobilisés, évitant une nouvelle faillite alors que l’institution grenat avait un pied dans la tombe. Il a fallu quatre années d’efforts à la Fondation 1890 et à ses partenaires (dont la Fondation Hans Wilsdorf, autrement dit Rolex) pour regagner patiemment la confiance et le crédit perdus. Servette est de retour en Super League, c’est très bien. Mais ce n’est pas une fin en soi.

Ce bonheur retrouvé s’inscrit sans doute en contraste des tourments d’hier, la belle santé apparente annonce des jours nouveaux, comme si après le pire, le meilleur était à venir, mais ce n’est que dans la durée que cet enthousiasme sain remplacera dans les mémoires l’aigre par le doux.

La promotion, fêtée le 10 mai contre Lausanne, n’est au fond qu’un point de départ. Qui place le Servette FC, ses dirigeants, son entraîneur, ses joueurs, son public devant de nouvelles responsabilités. La stabilité retrouvée, sportive et financière, permet enfin d’être optimiste.

Football news:

Icardi über Abgang von Inter: PSG ist ein Schritt nach vorne. Ich will Trophäen gewinnen
Giress über die Best-of-2019-Auszeichnung: Mané musste sich Messi geschlagen geben
Lovestory Totti und Hilari blazi: er widmete Ihr die Tore im Derby, Sie hielt ihn vom Wechsel zu Real ab (und skandalisierte mit Spalletti)
Eric Djemba-Djemba: Pogba und Brunu würden bei Scholze und Keane auf Lager sitzen
Klopp über die Meisterschaft: nie hätte er sich mit Dalglish und schenkli verglichen
Dimitar Berbatov: Früher ging es um Meister Manchester United, jetzt um die Top 4
Zidane will Mané bei Real Madrid sehen, aber der Klub kann sich diesen Transfer nicht leisten