Cote d\'Ivoire
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Côte d’Ivoire -AIP/ Plaidoyer pour une meilleure gouvernance du secteur du tourisme et des loisirs

Abidjan, 1er déc 2022 ( AIP)- Le président de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière de Côte d’Ivoire ( FNIH-CI), Lolo Diby a plaidé, jeudi 1er décembre 2022, auprès du gouvernement pour une meilleure gouvernance et l’application effective des textes qui régissent le secteur du tourisme et des loisirs, afin de favoriser son développement.

M. Diby s’exprimait lors d’une conférence de presse au siège de la Fédération ivoirienne des petits et moyennes entreprises (FIPME) sur le terme ” gouvernance, inspection et contrôle des établissements de tourisme”.

Selon lui, le secteur du tourisme bien qu’ayant un fort potentiel et bénéficiant d’un cadre réglementaire bien structuré par le gouvernement, est confronté à des freins en terme d’opérationnalisation.

La Fédération souhaite  une synergie d’actions entre les opérateurs du secteur et le gouvernement, notamment avec “la reprise normale du fonctionnement de Côte d’Ivoire tourisme, le recentrage du fonctionnement du Fonds de développement du tourisme” ( FDT).

Elle souhaite aussi la mise en place de plans de formation pour la professionnalisation des propriétaires et du personnel des établissements de tourisme pour résoudre la problématique de l’insuffisance de personnel er gestionnaire qualifiés

La FNIH-CI plaide pour une réglementation des inspections et des contrôles effectués auprès des entreprises hôtelières au regard de la prolifération des contrôles “plus ou moins légaux et très souvent payant” opérées par des municipalités, des ministères, entre autres.

Ces doléances découlent du constat de diverses difficultés rencontrées par le secteur. Ainsi, en terme d’opérationnalisation, le président de la FNIH-CI a relevé que des textes et plans élaborés par le gouvernement ne sont pas mis en œuvre depuis leur adoption. Il s’agit de la loi portant Code du Tourisme, du plan “Sublime Côte d’Ivoire élaboré en 2018 qui n’a pas de plan d’actions.

De plus, malgré les intentions de financement de 2500 milliards FCFA annoncées à Dubaï et de 3800 milliards FCFA mobilisés à Hambourg en 2019, ” il n’y a pas de début de mise œuvre des 12 grands projets de “Sublime Côte d’Ivoire “, a signifié le président de la FNIH-CI.

Le secteur est aussi confronté à la problématique de formalisation, avec de nombreuses entreprises qui évoluent dans l’informel. Au total, seulement 16% des opérateurs du secteur ont une licence d’affaires délivrée par le ministère du Tourisme et des Loisirs, soit 2000 sur 12633 opérateurs. Les difficultés du secteur concernant également le manque de financement et de garanties pour les établissements hôteliers.

De moins de 1% du PIB en 2011, le secteur du tourisme et des loisirs représente 7,3% du PIB en 2019. Le gouvernement veut porter ce taux à au moins 10% d’ici en 2015 et positionner la Côte d’Ivoire à la 5ieme place dans le ” ranking” des destinations touristiques africaines.

(AIP)

tad/ask