Le lundi, le service Culture du « Monde » propose aux lecteurs de « La Matinale » un choix de concerts, de festivals, de clips…

Temps de Lecture 9 min.

Festivités dans le jardin de l’Hôtel de Marle. VINCIANE LEBRUN-VERGUETHEN / VOYEZ-VOUS

LA LISTE DE LA MATINALE

Affiche de La Fête de la musique 2019. STUDIO DES SIGNES

C’est le 21 juin 1982 qu’a eu lieu la première Fête de la musique, initiative de Jack Lang, alors ministre de la culture et de Maurice Fleuret, directeur de la musique et de la danse au ministère. Il s’agissait d’encourager tout un chacun à descendre, ce jour-là, dans la rue avec un instrument ou pour chanter. Pour l’édition 2019, à la déambulation qui reste le meilleur moyen de vivre la Fête (programme complet sur le site dédié), nous ajoutons une courte sélection de quelques lieux à Paris et en région parisienne qui accueillent l’événement.

36 heures à l’église Saint-Eustache

Le Festival 36h, à l’église Saint-Eustache. DR

Créé il y a déjà quatorze ans à l’initiative du père Yves (curé de la paroisse), le Festival 36h à l’église Saint-Eustache propose chaque année – comme son nom l’indique – un marathon musical de 36 heures dans le lieu de culte des Halles. Cette manifestation satellite de la Fête de la musique, portée par la communauté paroissiale, Arte, Radio Nova et Agnès b., permet à de jeunes talents de profiter de l’acoustique spectaculaire de la somptueuse voûte (cinq secondes de réverbération).

Cette édition 2019 est placée notamment sous la thématique « Rock’n’Orgue ». L’orgue de Saint-Eustache, un des plus grands d’Europe, sera ainsi mis à l’honneur par trois artistes : la touche-à-tout Léonie Pernet (jeudi à 20 h 30), la groupe pop mélancolique Winter Family (23 h 30), puis le duo électro-rock franco-écossais MAESTRO (0 h 30). Cette dernière performance laissera la place à une nuit blanche électronique avec un DJ set de Petit Fantôme (François and The Atlas Mountains) et l’électro pop robotique de Marc Melià. Autre création inédite, la musicienne canado-islandaise Kyrie Kristmanson, formera un duo inédit avec la chanteuse électro-pop Jeanne Added, jeudi à 19 h 30. Franck Colombani

Eglise Saint-Eustache, 2 impasse Saint-Eustache, Paris 1er. A partir du 20 juin, à 18 h 30, jusqu’au 21 juin à 21 heures.

Au petit matin au Marché de Rungis

La Fête de la musique au Marché de Rungis. DR

C’est en 2017 que pour la première fois le Marché alimentaire de Rungis (Val-de-Marne) a accueilli la Fête de la musique. Aux premières heures de la journée, de 6 heures à 9 heures. Le lieu est probablement le plus original pour vivre la Fête et cette année c’est au Pavillon des fleurs, devant le restaurant L’Arrosoir, est-il précisé, que le Marché, en partenariat avec la radio Chante France, accueillera les lève-tôt. Sont annoncés notamment Joyce Jonathan, Chimène Badi, les New Gypsies, Art Mengo… Les informations précises sur les conditions d’accès pour le public sont indiquées sur deux pages Facebook consacrées à ce rendez-vous, celle du Marché de Rungis, et celle de la radio. Sylvain Siclier

Pavillon des fleurs, devant le restaurant L’Arrosoir, 102 avenue des Maraîchers, Rungis (Val-de-Marne). De 6 heures à 9 heures.

En plein cœur du Marais à l’Institut suédois

Festivités dans le jardin de l’Hôtel de Marle. VINCIANE LEBRUN-VERGUETHEN / VOYEZ-VOUS

L’institut suédois sis dans L’Hôtel de Marle, un splendide hôtel particulier du Marais construit au XVIe siècle, propose tous les ans une escapade rafraîchissante lors des festivités estivales du 21 juin. Pour l’occasion il ouvre les portes de son grand jardin situé rue Elzevir. Au programme, des danses traditionnelles et des concerts de musiques actuelles en plein air, ces derniers organisés en collaboration avec le festival Les femmes s’en mêlent.

A partir de 17 heures, petits et grands, munies de couronnes de fleurs (symboles du midsommar suédois, la fête de l’été), sont invités à célébrer le solstice d’été au rythme de chorégraphies folklorique. En début de soirée, la scène du jardin de l’Hôtel de Marle accueillera deux groupes féminins venus tout droit de la scène pop de Malmö : le trio pop excentrique Hey Elbow (ne pas confondre avec le groupe anglais) et le duo Death and Vanilla, aux consonances kraut-pop psychédélique. F. C.

Institut suédois, 10 rue Elzevir, Paris 3e. De 17 heures à 22 heures.

Du gros son londonien au Palais de la Porte-Dorée

Affiche de l’exposition « Paris – Londres 1962-1989 ». DR

Accueilli du 19 au 23 juin au Palais de la Porte-Dorée, enceinte du Musée national de l’histoire de l’immigration où se tient, jusqu’en janvier 2020, l’exposition « Paris – Londres 1962-1989 », le festival Real Sounds of London, voué aux artistes afrocaribéens qui ont irrigué la scène britannique, propose une soirée spéciale Fête de la musique. Au programme, à 18 heures, Nzinga Soundz, l’un des plus anciens sound systems féminins du Royaume-Uni, pour un éclectique festin de reggae, soul, rare groove, soca, african et latin jazz.

A 19 h 30, BB Seaton, figure historique du ska, du rocksteady et du reggae, révélé, en 1964, avec le groupe The Gaydals. A 20 h 30, un autre vétéran, Henri Defoe, longtemps guitariste du groupe jazz-funk Central Line, avant de devenir un musicien de session très demandé à partir des années 1980. Avant de terminer, à 21 h 30, avec la pop-soul très dansante de Pauline Henry, ex-The Chimes (1-2-3, Heaven…), aux performances live sudatoires. Stéphane Davet

Palais de la Porte-Dorée, 293 avenue Daumesnil, Paris 12e. De 18 heurs à 23 heures.

Des mix de femmes devant La Gaîté-Lyrique

En lien avec son exposition « Computer Grrrls », qui rassemble vingt-trois artistes et collectifs internationaux qui « livrent un regard critique et incisif sur les technologies numériques », La Gaîté-Lyrique propose un plateau électro avec quatre représentantes de ce courant musical, Cherry B Diamond, Dustina, RKSS et Maud Geffray. Si l’exposition est présentée (jusqu’au 14 juillet) dans les locaux de l’institution culturelle parisienne, le concert sera lui organisé en extérieur, devant l’entrée, avec en décor les arbres du square Emile-Chautemps. S. Si.

Gaîté-Lyrique, 3 bis rue Papin, Paris 3e. De 18 heures à minuit.

En famille au Parc de La Villette

En toute logique, le Parc de La Villette, avec ses nombreux équipements consacrés à la musique, sa grande pelouse et ses jardins, lieu de promenade et de détente des familles tout au long de l’année, participe à la Fête. Sans être totalement finalisé, à quelques jours de ce 21 juin festif, le programme annonce du jazz, de la musique classique (à la Philharmonie, nécessitant de réserver à l’avance), de l’électro (notamment au Cabaret sauvage, proche de La Géode et de la Cité des sciences et de l’industrie, pour une journée en partenariat avec la structure Ricard Live Music, là aussi il est nécessaire de réserver), des musiques du monde et la présence de collectifs et d’associations. C’est donc une invitation à la flânerie et à la découverte.

A noter que Le Hall de la chanson, l’une des structures du Parc, a concocté quatre tutoriels pour s’entraîner à chanter L’Hymne à la joie, Padam… Padam…, La Chanson de Prévert et Emmenez-moi !. Ainsi, toutes et tous pourront se décider, en connaissance, à participer, que cela soit en bas de chez soi ou au travail. S. Si.

Parc de La Villette, 211 avenue Jean-Jaurès, Paris 19e.

Réagissez ou consultez l’ensemble des contributions