Gabon
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Développement industriel : Les ambitions gabonaises de China Precision Investment présentées à Blaise Louembé

Conduits par son Président directeur général (PDG), Donghu Liu, des investisseurs chinois de l’entreprise publique China Precision Investment séjournent depuis quelques jours en terre gabonais en vue de prospecter de nouvelles niches d’investissements. Ils ont été reçus, ce vendredi 23 juin, par le ministre d’État en charge du Développement industriel et des Petites et moyennes industries (PMI), Blaise Louembé. La Stratégie nationale de l’industrialisation leur a été présentée tandis qu’ils ont décliné les secteurs prioritaires dans lesquels ils envisagent d’investir.

Blaise Louembé, Donghu Liu et leurs collaborateurs, le 23 juin 2023 à Libreville. © Gabonreview

Au Gabon depuis quelques jours, la délégation chinoise de l’entreprise publique China Precision Investment a été reçue ce vendredi 23 juin par le ministre d’État en charge du Développement industriel et des Petites et moyennes industries (PMI), Blaise Louembé. À la tête de cette délégation, le président directeur général (PDG) de ce groupe, Donghu Liu, a présenté les centres d’intérêt qu’ils ont au Gabon avant de s’imprégner de la Stratégie nationale de l’industrialisation.

«Le chef de l’État était tout récemment en Chine. Il nous a instruits de faciliter l’implantation de toutes les entreprises chinoises au Gabon», a fait savoir Blaise Louembé, se réjouissant du fait que ces investisseurs aient déjà commencé à investir dans le pays.

Avec ses deux sociétés filiales, la China Forestry Corporation et la China State Construction, China Precision Investment entend investir dans les domaines de foresterie, de la sylviculture, du reboisement et même dans les satellites et la production de l’éthanol. Affichant les ambitions de son groupe, Donghu Liu a indiqué qu’ils vont miser sur le mix agricole, sur l’intelligence, la technologie et le numérique pour développer de meilleurs rendements au Gabon.

Ils souhaitent en effet investir dans un parc industriel pour la mise en place d’une usine de planches de haute densité, dans le développement d’une usine de pâte à papier, dans le secteur agricole en vue de la production de l’éthanol avec l’intention de planter du sucre, voire du manioc. «On utilise le mix agricole pour un maximum de production», a fait savoir le PDG de China Precision Investment.

© Gabonreview

«Constituer un petit fonds pour accompagner les PMI locales»

Dans ce sillage, China Precision Investment pense pouvoir mettre sur pied des industries modulables selon les nécessités de production.

Si l’agriculture, les mines intéressent les Chinois, ils souhaitent investir dans la fabrication d’un satellite avec l’État gabonais et lancer un satellite de télédétection pour la gestion du territoire, de l’agriculture et de la forêt gabonaise.

«Vous avez beaucoup de technologies et je pense que le Gabon peut en tirer profit», a dit le ministre du Développement industriel. Dans la foulée, la Stratégie nationale d’industrialisation élaborée en 2013 par le gouvernement, appuyée par des partenaires privés, destinée à booster et à diversifier la croissance économique et à créer de nombreux emplois durables et qualifiés, a été présentée à la partie chinoise. Elle contient 107 projets définis, dont 54 projets d’appui à l’industrialisation et 53 projets industriels. Le tout pour un budget de 17.000 milliards de francs CFA.

Inventoriant quelques besoins en vue de renforcer le tissu des PMI gabonaises, le patron du département des PMI a exhorté China Precision Investment à «constituer un petit fonds pour accompagner les PMI locales». Ces derniers pouvant emprunter ces fonds qui seront remboursés après un certain délai.

Blaise Louembé a également invité le groupe chinois à voir s’il ne peut pas se mettre en joint-venture (co-entreprise) avec les structures gabonaises ou alors, il pourra financer les paysans producteurs de manioc, aider ainsi les PMI locales à se développer. «Ce sont les besoins, mais cela ne doit pas vous divertir de vos besoins», a précisé Blaise Louembé.

En retour, la partie chinoise a accepté de monter ce fonds pour aider les PMI, invoquant sa responsabilité société.