Gabon
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Gabon : Deux ans de prison ferme pour Yoanis Kongo, l’aide de camp de Bla

poste par Désiré-Clitandre Dzonteu / 20 avril, 2022

mdas

Interpelé dans le cadre de l’opération anti-corruption «Scorpion», Yoanis Kongo, ancien aide camp de Brice  Laccruche Alihanga, jugé par le Tribunal correctionnel spécial, a écopé le 15 avril dernier de deux ans d’emprisonnement ferme avec confiscation des biens litigieux. Il a été interpellé et poursuis pour «concussion» et «blanchiment d’argent».

Kongo Yoanis avait été placé sous mandat de dépôt le 15 Septembre 2020. Il devrait donc pouvoir être libéré dès le 15 septembre 2022. © D.R.

L’ancien aide de camp de Brice Laccruche Alihanga (ancien directeur de cabinet du président Ali Bongo), le lieutenant Yoanis Kongo, a définitivement été fixé sur son sort par le tribunal correctionnel spécial. Le vendredi 15 avril dernier, le délibéré dans l’affaire le concernant a été prononcé. Déclaré non-coupable pour le délit de concussion, coupable de blanchiment des capitaux, il écope d’une peine de deux ans d’emprisonnement ferme avec confiscation des biens litigieux. Il est en outre condamné à 5 millions d’amende et 30 millions de dommage et intérêt.

L’officier subalterne de la Garde républicaine (GR) était poursuivi par l’Agence judiciaire de l’État qui l’accuse de «concussion» et de «blanchiment d’argent», délits prévus et punis par les articles 127 et 378 du Code pénal gabonais. Il est reproché au militaire d’avoir perçu des sommes aux origines frauduleuses des mains de Brice Laccruche Alihanga, ex-directeur de cabinet du président de la République, pour les investir notamment dans l’immobilier.

S’il est reproché à Yoanis Kongo d’avoir investi dans l’immobilier, en moins de deux ans plus de 200 millions, avec un salaire d’environ 715.000 francs CFA ;  ses avocats estiment qu’il n’a commis aucune faute, dans la mesure où l’aide de camp n’avait pas pour mission de dénoncer les pratiques de son patron.

Au terme de ce procès, reconnu coupable de blanchiment des capitaux, il a été condamné à deux ans de prison ferme avec confiscation des biens litigieux. Il devra également débourser 5 millions d’amende et 30 millions de francs CFA de dommage et intérêt. Les parties ont 10 jours pour interjeter appel.

Ce dernier avait été placé sous mandat de dépôt le 15 Septembre 2020. Le 15 septembre 2022, il aura purgé sa peine de 2 ans d’emprisonnement. Il devrait donc pouvoir être libéré.

GR