Gabon
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Gabon : «la transition politique aura lieu. Les élections générales, non !», la ferme conviction de Privat Ngomo

Promoteur d’une perspective de transition politique pacifique au Gabon, l’ancien candidat déclaré à l’élection présidentielle d’août prochain, Privat Ngomo, nourrit la certitude, que les élections générales prévues le 26 août 2023 n’auront pas lieu. Mais la «transition politique», pour éviter au Gabon de brûler, se réalisera.

«transition politique», pour éviter au Gabon de brûler, se réalisera. © D.R.

Déterminé à convaincre sur les avantages d’une transition politique apaisée en lieu et place des élections générales, le responsable général du mouvement NewPower, dans un discours depuis Saint-Pétersbourg en Russie, tente de séduire avec cette idée, dont, il se fait désormais le promoteur, pendant que les candidats aux futures joutes électorales se préparent à imposer l’alternance et le changement même avec les propres règles «iniques», du pouvoir en place.

«Pourquoi j’ai le profond sentiment, qui confine à une assurance, que les élections générales n’auront pas lieu, mais que la transition politique et pacifique, appelée de ses vœux par une majorité grandissante de la population gabonaise, se réalisera ? Pour les quatre principales raisons suivantes : impréparation et mauvaise organisation des élections générales par le gouvernement et le Centre gabonais des élections, impossibilité de la candidature consensuelle de l’opposition françafricaine, montée en puissance et en influence des groupes voulant une transition politique et dilemme de la France devant le brasier plausible du Gabon», affirme Privat Ngomo.

En effet, pour le responsable général du mouvement NewPower, le peuple gabonais lassé d’une telle «impréparation» et d’un «déficit affligeant» d’organisation, se détournera du projet d’élections générales pour rejoindre les rangs des «transitologues ou transitionnistes». De même, que si la France veut encore obtenir une dernière chance de préserver ses énormes et colossaux intérêts au Gabon, elle serait bien inspirée de respecter le choix souverain du peuple gabonais, à savoir une transition politique et d’agir auprès de sa marionnette pour éviter qu’elle ne perde définitivement le Gabon.

Cependant, rien ne dis et ne démontre la soif ou l’envie du peuple gabonais à se diriger vers une transition politique. Aucune sensibilisation à ce sujet, aucun réel appel lancé à ce propos. Ce peuple semble tout préparé à aller aux élections dans les conditions de contestation et de critiques en n’en point finir. Plus qu’un mois et toutes les énergies semblent être mobilisées pour réussir à imposer l’alternance dans l «’impréparation manifeste» et la «désorganisation», ne favorisant pas une élection transparente et démocratique le 26 août prochain… Bien au contraire.

Toutefois, selon Privat Ngomo, les Gabonais (encore traumatisés par les massacres de 2016), dans leur grande majorité, soutiendront fermement la plateforme patriotique citoyenne pour la transition politique qui exige une pause, une assemblée constituante, une remise à plat des institutions et un gouvernement de transition pour refonder le Gabon et sa nation éclatée.