Gabon
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

La Banque Mondiale incite les entreprises gabonaises à ne plus snober ses appels d’offre

L’institution financière du Breton wood a organisé en fin de semaine dernière un atelier à l’intention des entreprises et PME gabonaises pour leur expliquer comment postuler aux marchés financés par la Banque mondiale ?

La rencontre très instructive visait à briser les idées préconçues et à donner des informations claires et simples sur les critères à remplir pour postuler. Elle a été organisée en partenariat avec le ministère gabonais de l’Economie et de la relance.

« La Banque réaffirme son engagement à appuyer le pays dans le processus d’accélération de sa transformation à travers le renforcement de la compétitivité des opérateurs économiques », a indiqué Rose Kadet une des responsables de l’atelier au nom de la représentante au Gabon de la Banque mondiale empêchée.

« Le cadre qui régis la coopération de la Banque mondiale avec les pays partenaires notamment le Gabon se veut inclusif et plus accessible aux opérateurs économiques locaux. C’est pourquoi afin de donner des outils adéquats en vue d’améliorer les performances de ces derniers, les plus hautes autorités du pays ne managent aucun effort dans ce sens comme en témoigne les présentes assises », a pour sa part déclaré le Secrétaire général du ministère de l’Economie, Patrick Christian Ebe.

Durant l’atelier d’un jour, les participants ont appris comment avoir accès aux marchés financés par la Banque mondiale dans le cadre de sa coopération avec le Gabon et surtout comment étendre les possibilités de postuler sur d’autres marchés en dehors du marché gabonais grâce au réseau de la Banque mondiale.

« Nous demeurons donc confiant qu’au terme de cet atelier les PME, PMI, les consultants individuels de notre pays seront de plus en plus nombreux et outillés pour répondre aux appels d’offre lancés par le gouvernement gabonais dans le cadre des projets financés par la banque mondiale », a conclu Patrick Christian Ebe Secrétaire général du ministère de l’Economie et de la relance.

Betines Makosso

Navigation de l’article