Gabon
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Les travaux de réhabilitation de l’axe dégradé Mimongo-Pont Offoue avancent à un rythme satisfaisant (Travaux publics)  

Engagé pour traduire en acte les fermes instructions du Chef de l’Etat,  Ali Bongo Ondimba, pour doter le pays  d’un réseau routier praticable à toutes saisons, le Ministère des Travaux Publics, de l’équipement, des infrastructures, chargé de la connexion des territoires, en mission de suivi évaluation dans la province de la Ngounié (Sud) par le biais de son conseiller en communication, Dina Koussou, s’est rendu sur le terrain pour apprécier le rythme et la qualité des travaux exécutés par l’entreprise adjudicataire, Woodbois. 

« Nous sommes venus sur instruction de monsieur le Ministre des Travaux publics, Toussaint Nkouma Emane, pour apprécier les travaux réalisés, nous saluant le travail abattu par l’entreprise et nous espérons que le chantier sera très rapidement achevé afin de satisfaire les populations qui ont besoin de la route, facteur de développement », a indiqué avec satisfaction, Mme Koussou.

Lancés le 23 juin dernier par le Ministre Délégué aux Travaux publics, Emmanuel Eyeghe Nze, les travaux de la route Mimongo-Pont Offoué (73,5) consistent à une ouverture complète et d’un ensoleillement mécanisé avant un rechargement général et solide. Le tronçon qui permettra de relier la province de la Ngounié et celle de l’Ogooué Lolo, était complément fermée à cause de sa dégradation avancée.

« La société Woosbois a déjà réalisé 32 km d’ouverture de route et d’ensoleillement mécanisé, derrière nous avons les niveleuses, après nous avons les pelles à chenilles qui font les canalisations, parce que il y a beaucoup d’endroits marécageux et ça nécessite beaucoup de canalisations, des buses et des ponts », a relevé Ali Jaber, conducteur des travaux Woodbois.

Un véritable désenclavement pour cette partie de la province. Les populations vivant dans les villages Moucabou Dibandi, Diyanga, Dibamba, Boutoumbi, Mounongo, Boulembi et Moukandi, étaient privées des véhicules depuis plus deux ans, faute route.

« Pour aller à l’hôpital, il y a même des malades qui mourraient en route, vraiment nous sommes contents, je dis merci au Président Ali », s’est réjouie Emilienne Moumbolou, chef de canton vivant au village Diyanga.

Sydney IVEMBI, Envoyé spécial