Gabon
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Violences faites aux femmes : Vulgarisation de la loi 006/2021 à Libreville

poste par La Rédaction / 11 avril, 2022

mdas

Les experts des ministères de la Justice et de la Santé, avec l’appui des acteurs de la société civile, ont organisé, le 9 avril à Libreville, un séminaire visant à sensibiliser les femmes sur les dispositions de la loi 006/2021 destinée à protéger les femmes contre toute forme de violences et de promouvoir l’égalité avec les hommes.

La vulgarisation de la loi 006/2021 était au cœur d’un séminaire, le 9 avril 2022 à Libreville. © D.R.

Après l’intérieur du pays en novembre et décembre, Libreville a constitué la dernière étape de la campagne de vulgarisation des lois nouvellement adoptées en vue de lutter contre les violences faites aux femmes. Experts des ministères de la Justice et de la Santé, avec l’appui des acteurs de la société civile, ont organisé, le 9 avril à Libreville, un séminaire visant à sensibiliser les femmes  sur les dispositions de la loi 006/2021.

Cette loi vise à protéger les femmes contre toute forme de violences et de promouvoir l’égalité avec les hommes. «Cette loi est vraiment une pépite pour nous les femmes car elle nous protège non seulement des violences physiques, des violences morales et même des violences traditionnelles. Il y a des procureurs qui ont été désignés uniquement pour cette procédure-là, donc il faut se rendre au commissariat le plus proche, après vous pouvez aussi saisir le parquet de la République pour qu’une enquête soit faite», a déclaré la juge Linda Bongo sur Gabon 1ère.

La présidente de l’association Les Guerriers du social a également tenu à éclairer certaines zones d’ombre et rappeler que cette loi concerne les femmes de toutes les classes sociales. «Cette loi 006/2021 n’a pas été faite uniquement pour les femmes appartenant à une grande classe sociale mais elle a été adopté non seulement pour les femmes gabonaises mais aussi pour toutes les femmes résident sur le territoire national», a expliqué Grâce Ongo-Mbou. Selon une étude de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba (FBSO) pour la Famille, 46% des femmes ont déjà été victime de violence conjugale.

Auteur : Marie Liliane Obouka (Stagiaire)

GR