Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Affaire 28 septembre 2009 : Ces « graves accusations » contre le Général Sékouba Konaté…

CONAKRY-Alors que le procès du 28 septembre 2009 se poursuit, la Défense du capitaine Moussa Dadis Camara a porté de graves accusations contre l’ancien Président de la transition de 2010.

Maitre Jean-Baptiste Jocamey Haba soupçonne le Général Sékouba Konaté d’avoir été en collusion avec une milice rebelle ayant semé la terreur au Liberia dans les années 1990. Il s’agit de l’ULIMO (United Liberation Movement of Liberia for Democracy) formé en 1991 et qui avait pris part à la première guerre civile libérienne.

Pendant qu’il interrogeait mardi 29 novembre le colonel Claude Pivi, le Conseil de Dadis Camara a insinué que l’ancien ministre de la Défense a eu des accointances avec ce groupe rebelle réputé pour ses méthodes cruelles.

Feu l’ancien Premier Jean Marie Doré, une des victimes des brutalités commises au grand stade de Conakry, avait même pointé la présence d’éléments de cette milice au grand stade de Conakry. Extraits.

« Parmi les responsables du CNDD, qui travaillait à Macenta et qui avait beaucoup plus d’accointance avec l’ULUMO ? », questionne maître Jocamey, s’adressant à Pivi.

« Lorsque nous étions au Liberia, les gens de l’ULIMO venaient souvent vers Macenta où était basé le Général Sékouba Konaté en tant que commandant du BATA », répondu l’accusé.

Et l’avocat de poursuivre en sortant une déduction : « Ça veut dire que s’il y avait parmi vous des gens qui connaissent mieux l’Ulimo, c’est bien le Général Sékouba Konaté… »

« Oui, le Général Konaté les connait bien. Ils passaient par Macenta devant lui », enfonce le colonel PIVI, qui, depuis le début de sa comparution s’est étonné de l’absence de l’ancien président de la transition dans cette affaire.

« Saviez-vous que le 28 septembre 2009, jour de manifestation au stade, à 09h 30, le Général Sékouba a quitté l’aéroport de Conakry pour se rendre à Macenta ? », a enchainé l’avocat de Dadis Camara.

« Ce n’est que le soir que je l’ai appris », dit l’ex ministre de la Sécurité présidentielle. Puis d’avocat de poursuivre ses questions.

« Savez-vous qu’il n’avait pas un agenda particulier là-bas et que même son patron le président de l’époque n’était pas au courant de ce déplacement ? »

« Franchement, moi-même je m’étais demandé la raison de l’absence du ministre de la Défense ».

« Ça ne vous a rien dit que le ministre de la Défense quitte Conakry le jour d’une manifestation à 09h pour Macenta où il connait des gens de l’Ulimo ? »

« Lorsque j’ai entendu la version de feu Jean Marie Doré qui a témoigné la présence des gens de l’Ulimo au stade, ça m’avait dit beaucoup de choses », indique le colonel Claude Pivi.

A suivre…

Africaguinee.com