Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Célébration de l’AIPA 2022 : autorités et acteurs de la pêche optent pour l’action 

Après le lancement le 21 novembre passé, avec l’assainissement du port de Bonfi, les acteurs de la pêche artisanale se sont réunis ce 28 novembre autour d’une série de panel.

La CONAPEG à travers la FENAPAG a entretenu des acteurs de la pêche artisanale avec des panelistes sur: « la gestion des écosystèmes marins et côtiers, le rôle des acteurs de l’Etat, des organisations professionnelles et secteurs privés, la cogestion de pêcherie ».

Les activités de cette journée ont été officiellement ouvertes par la ministre de la Pêche et de l’Economie maritime.

Selon Charlotte Daffé, « en Guinée cette célébration vise à résortir l’importance socio-économique du secteur de la pêche, à travers sa contribution dans la création des richesses, la sécurité alimentaire et la création d’emplois ».

Pour la ministre, si l’année internationale de la pêche mérite d’être célébrée, elle est aussi l’occasion de renforcer le dialogue entre les différents acteurs publics et privés. C’est pourquoi elle demande que dans ce dialogue comme dans tout autre, ce qui puisse prévaloir, soit le principe de la cogestion pour atteindre les objectifs de la gestion durable des ressources halieutiques.  » Je voudrais inviter l’ensemble des acteurs à mettre fin aux dissensions qui ont rendu le dialogue difficile dans le secteur. Force est de reconnaître que les efforts ont été fournis à travers le renouvellement des instances de la Conapeg et les fédérations qui la compose. J’espère que ces panels permettront à chacun et à tous de reconnaître les droits des autres et soit en mesure de s’acquitter de ses obligations », a-t-elle lancée.

Pour Abdoulaye Soumah paneliste, il est crucial pour les acteurs de la pêche d’en apprendre sur la gestion des écosystèmes marins et côtiers, « si on parle de ressources, c’est parcequ’il y a un écosystème marin et côtier. Si celui-ci est boycotté et détruit, ce n’est pas possible. C’est pourquoi, j’ai donné ce thème pour faire comprendre à nos acteurs de la pêche la manière dont nous devons gérer nos écosystèmes », a lancé Abdoulaye Soumah, le secrétaire général de la fédération nationale des pêcheurs artisans de Guinée, avant de laisser enendre que,  » à la fin de ce panel nous nous attendons à des politiques qui peuvent nous permettre d’obtenir des bonnes pratiques. De pouvoir se donner la main entre acteurs de la pêche et l’Etat pour mettre des politiques fortes pour le développement du secteur ».

Par ailleurs, il revient de souligner que la pêche artisanale compte environ 60 000 acteurs, répartis sur les 300 km de côtes marines et les 11 bassins fluviaux et créer aujourd’hui des milieux d’emplois connexes dominés par les femmes. A cela s’ajoute, une production totale annuelle estimée à plus de 250 000 tonnes par an.