Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Faranah : l’augmentation des prix du carburant fait couler des salives

Print Friendly, PDF & Email

Suite à la décision gouvernementale relative à l’augmentation des prix du carburant à la pompe, les citoyens se posent assez d’interrogations à travers le pays. À Faranah, zone de pauvreté par excellence, le sujet de l’augmentation du prix du carburant alimente les débats dans la cité. Déjà, l’annonce de cette nouvelle s’est directement répercutée sur les transports et les prix de certaines marchandises. 

Ce citoyen du nom de Mamadou Gadirou Diallo nous laisse entendre : « Ce matin, j’ai été surpris d’apprendre cette nouvelle. Déjà, nous qui sommes à Faranah ici, nous trouvons difficilement l’argent. Il n’y a pas assez de projets ici comme certaines préfectures. Actuellement, presque tous les magasins et boutiques où nous nous débrouillons sont cochés pour la libération des emprises des voiries. Les gens sont dans cette inquiétude le gouvernement aussi a augmenté le prix du carburant. Nous demandons au gouvernement de revoir cette décision sinon, c’est nous les pauvres qui vont toujours souffrir. »

Ibrahima Camara, conducteur de moto-taxi s’est exprimé en ces termes : « L’augmentation du prix du carburant nous a créé un autre problème dans notre travail. Moi je suis étudiant, je n’ai aucun soutien ici. Après les cours, je fais moto-taxi pour subvenir à  mes besoins. Ce matin, le litre du carburant se vent à  12 000 fg à  la pompe et 13000 fg au marché noir. Le tronçon qui coutait 3000 fg se négocie maintenant à 4000fg. Mais quand on dit ça aux clients, ils disent qu’ils ne sont pas en mesure de payer ce prix. Nous demandons au gouvernement de baisser le prix pour l’intérêt de la population. »

Hawa Oularé, vendeuse de poisson se lamente : « C’est une nouvelle période de souffrance qui s’ouvre pour nous les mères de famille. Toutes les marchandises vont augmenter de prix. Que nous trouvons la nourriture et les frais de scolarité des enfants c’est tout un armada de problème. Que le gouvernement ait pitié de nous les pauvres femmes pour diminuer le prix de carburant. »

Lanciné Keita depuis Faranah