Guinea

Guinée Forestière : Des citoyens victimes d’une "injustice" à Nzérékoré…

N'ZEREKORE- C’est une injustice qui se passe de commentaire ! Les autorités ont confisqué des milliers de litres de carburants appartenant à de pauvres citoyens pour les octroyer aux forces de l’ordre pour assurer leur déplacement dans la cadre de sécurisation des élections du 1er mars.

Depuis une semaine, plusieurs revendeurs de carburant venus de la sous-préfecture de Diécké dépourvue de station-service, sont à couteau tirés avec les autorités de Nzérékoré. Venus s’approvisionner en carburant  comme à l’accoutumée dans les stations-services de Nzérékoré, ces détaillants ont été interpellés, leurs marchandises saisies et confisquées par les forces de l’ordre. Les revendeurs qui ont formé un collectif ont estimé la quantité de litres bloquée jusque-là à 22. 779 litres. Dans la journée de ce mercredi 19 février 2020, ce collectif en compagnie du sous-préfet de Diécké et du maire, ont effectué le déplacement pour venir rencontrer les autorités administratives. Mais à leur grande surprise, on leur a dit que ce carburant sera utilisé pour le processus électoral, notamment les législatives et le référendum du 1er mars. C’est d’ailleurs l’engagement signé par le sous-préfet de Diécké le Lieutenant Colonel Makolet Condé, devant le gouverneur de Nzérékoré.

Les revendeurs très remontés de cette décision, ont exigé la restitution pure et simple de leurs carburants. «  Nous venons souvent chercher du carburant ici. Le jeudi, nous sommes venus acheter du carburant puisque nous sommes des grossistes. C’est Diécké qui ravitaille Bignamou. J’ai acheté 2.200 litres à la station de Boma. A peine qu’on finissait de servir mes bidons, ce sont les forces de l’ordre que je vois débarquer. Ils ont ramassé tous nos bidons pour aller avec. Quand nous avons voulu nous opposer, ils ont commencé à nous bastonner. C’est ainsi que moi je suis resté tranquille, je les ai suivi jusqu’au camp  où ils ont fait rentrer ces bidons de carburant. C’est dans ça nous sommes restés. Nous nous les victimes, nous nous sommes mis ensemble pour faire la situation totale qui est allée  jusqu’à 22. 779 litres saisis. Nous n’avons pas de pouvoir aujourd’hui mais l’autorité n’a qu’à savoir que nous avons plusieurs bouches à nourrir. Si elles ne nous restituent pas ce carburant, nous ne pouvons pas retourner à Diécké. Depuis une semaine, nous sommes dans des négociations mais en vain », a déploré Vakaba SANGARE, demandant aux autorités si  Diécké ne fait pas partie de la Guinée.

Cette veuve est dans l’incompréhension. ‘’Il ya 12 ans que je suis dans le commerce de carburants. Je suis veuve mon mari était commandant de police. Il est décédé en me laissant 8 enfants à nourrir. Le sous-préfet sait cela, même le maire le sait. Ce sont des gens qui nous viennent en aide pour nous donner un peu d’argent. C’est avec ça nous venons acheter du carburant pour aller vendre et nous nourrir.  Maintenant, ils nous ont pris ici en train d’acheter du carburant, ils disent que nous sommes des libériens. Je leur ai montré ma carte d’identité, ils disent qu’ils s’en foutent de la carte d’identité. Quand les gérants sont venus me défendre, ils se sont attaqués aux deux gérants, les botter et les emprisonner. Moi, ils m’ont pris 3.800 litres de carburant. Ils ne  m’ont pas pris à la frontière, c’est à la station qu’ils m’ont pris mes bidons. Ils n’ont qu’à nous rendre notre carburant. Ce n’est pas mon argent, c’est l’argent des autres. C’est un peu que je cherche pour nourrir la famille’’, s’est lamentée Hawa Dieng vendeuse de carburant à Diécké.

Le préfet que nous avons approché dans cette affaire nous a confié qu’il n’est pas associé à la gestion de cette affaire de carburant. Le sous-préfet de Diékcé que nous avons également joint nous a confié qu’il est en réunion sans faire plus de commentaires. Le gouverneur de la région est quant à lui en déplacement pour Kissidougou où le président de la République a été reçu ce jeudi.

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré

Tél :  (00224) 628 80 17 43