Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Guinée : un navire de pêche non licencié arraisonné par la marine

Depuis le 1er juillet dernier, la Guinée a instauré un repos biologique des espèces aquatiques et marines dans ses eaux territoriales, dans le but de protéger sa biodiversité marine et de régénérer les ressources halieutiques. Cette mesure implique l’interdiction de la pêche industrielle du 1er juillet 2023 au 31 août prochain, date de fin du repos biologique. Malgré cette interdiction claire, un navire non licencié a récemment été arraisonné par l’armée de mer alors qu’il tentait de pêcher dans une zone interdite.

 Cette information a été communiquée lors d’une visite de terrain menée par la ministre de la Pêche et de l’Économie maritime, Madame Charlotte Daffé, le 3 août dernier, pour évaluer la mise en œuvre de cette mesure cruciale. Lors donc cette visite de terrain les autorités chargées de faire respecter le repos biologique ont présenté les mesures mises en place pour assurer le respect de cette période cruciale pour la préservation des ressources marines. Contre-Amiral Mamadou Yaya Diallo, chef d’état-major de l’armée de mer, a déclaré que ses équipes renforcent la surveillance du littoral et interviennent en cas de non-respect des restrictions, en collaborant étroitement avec le ministère de la Défense nationale pour agir en flagrance.

La ministre de la Pêche et de l’Economie maritime a exprimé son satisfecit concernant la mise en œuvre des mesures restrictives. Elle a souligné que 63 navires licenciés sont actuellement à l’arrêt, à l’exception de ceux ayant obtenu l’autorisation de pêcher en dehors des 60 miles marins. Seul un navire non autorisé a été intercepté jusqu’à présent grâce à la collaboration entre le ministère de la Défense nationale, le Centre national de surveillance et de police de pêches (CNSP) et la marine nationale : « L’objectif de cette visite est de nous assurer que les mesures restrictives énoncées dans le communiqué relatif au repos biologique sont effectivement mises en œuvre par les institutions chargées de faire respecter ces dispositions, notamment la préfecture maritime, qui joue un rôle de coordinateur de l’action de l’État en mer, ainsi que l’état-major de l’armée de mer. Il convient également de mentionner le Centre national de surveillance et de police des pêches (CNSP), qui participe activement à ces efforts de contrôle et de surveillance ».

Djibril Touré, DGA CNSP, a assuré que toutes les dispositions sont prises pour empêcher toute violation des lois et des plans d’aménagement durant la période de repos biologique. Le centre de surveillance est activement impliqué avec des équipes sur le terrain et le VMS (Vessel Monitoring System) pour détecter toute activité illégale.

Le préfet maritime, le Capitaine de vaisseaux à la retraite, Amadou Sow, a déclaré que la surveillance de l’espace maritime est assurée en permanence, avec une vigilance accrue pendant le repos biologique. Grâce à la coordination entre la préfecture maritime, la marine et le CNSP, tout navire susceptible de violer les restrictions est rapidement identifié et suivi jusqu’à son interception : « Nous maintenons une surveillance continue de l’espace maritime, et effectivement, le repos biologique a été respecté par les différents chalutiers détenteurs de licences guinéennes. Notre équipe assure une surveillance 24h sur 24 grâce à des écrans dédiés. Dès que nous repérons une position susceptible d’être en infraction, nous alertons immédiatement la marine et le CNSP, qui se dirigent rapidement vers l’objectif pour prendre les mesures nécessaires. »

Le repos biologique est une mesure cruciale pour assurer la préservation et la régénération des espèces marines. Les autorités guinéennes, comme chaque année à pareil moment, montre son engagement envers la conservation de ses ressources maritimes en renforçant la surveillance et en prenant des mesures coercitives pour décourager toute activité de pêche illégale pendant cette période vitale.