Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Mines. Simandou. A quoi a servi l’arrêt de la construction des infrastructures stratégiques ?

Capture d'un reportage de la RTG sur la fermeture du port de Moribaya

Dans la mythologie grecque, le personnage de Sisyphe était celui-là qui avait été condamné par Hadès, le Dieu des enfers, à rouler perpétuellement un énorme rocher jusqu’en haut d’une montagne, d’où il retombait sans cesse.

Cinq mois après la décision d’arrêt des travaux de construction des infrastructures d’évacuation du minerai de fer du Simandou, (…), les différentes promesses, notamment celles de l’actuel ministre guinéen des mines et de la géologie, Moussa Magassouba, sont quasiment toutes restées au stade où le projet en était au mois de juillet 2022.

L’une des rares « éclaircies » (en trompe-l’œil) demeure finalement la signature des statuts de la Compagnie du tranguinéen (CTG), au moment où le pacte d’actionnaires traîne à se concrétiser.

A priori, le projet aurait pu poursuivre normalement sa route, sans gêner la situation actuelle, car la décision d’arrêt n’aura finalement favorisé qu’une situation intenable qui a précipité au chômage technique plus d’une dizaine de milliers de Guinéens.

Ces derniers, on ne le sait que trop, avaient en charge familles et proches, ils dépensaient leurs salaires en Guinée et avaient pour certains d’entre eux contracté des prêts bancaires…

Réduits à la misère et condamnés à tourner en rond pour améliorer leur sort, on les imagine refréner leur colère face à une décision inexplicable.

Le projet Simandou, avec un minimum de 15 milliards de dollars USD, a pourtant une dimension qui dépasse de très loin tous ceux qui ont été initiés en République de Guinée, depuis l’indépendance du pays.

La plupart des experts interrogés par WESTAF MINING se posent encore des questions sur les motivations réelles qui ont provoqué l’arrêt de la construction de ces infrastructures stratégiques (chemin de fer « Transguinéen » et port en eau profonde) qui, une fois réalisées, devraient contribuer très vite à transformer l’économie du pays.

Après des promesses restées sans lendemain, après avoir difficilement réuni des investisseurs résolus à exploiter la plus grande et la plus riche mine de fer en Afrique (et même dans le monde), les différents acteurs en sont réduits à croiser les doigts, en attendant des jours meilleurs. En attendant le bout du tunnel, loin de la tâche impossible de Sisyphe et de son rocher qui retombe sans cesse…

Avec Westaf Mining

Titre : guinee7.com