Guinea
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Signes de nervosité: la junte a la gâchette de plus en plus facile.

Quotidien électronique, portail et premier site d’information en République de Guinée

Il y’a des signes qui ne trompent pas: les tirs deviennent fréquents à Conakry. En 24 heures, des tirs ont été entendus à Kaloum, quartier des affaires et du palais présidentiel. Les mêmes tirs ont été entendus à Hamdallaye, banlieue de Conakry.

Dans la nuit du mardi à mercredi, les populations de Kaloum ont entendu des tirs et vu des mouvements inhabituels de militaires vers 3 heures du matin. Selon nos informations, des éléments des Forces Spéciales, unité d’élite dirigée par le Colonel Mamadi Doumbouya et qui assurent sa protection,  ont fait des tirs de sommation pour dissuader les éléments d’une patrouille mixte qui s’était introduite à Kaloum. Cette arrivée insolite et nocturne d’une patrouille dont Kaloum est hors de sa juridiction, a particulièrement énervé les éléments de la garde présidentielle qui ont ouvert le feu. La patrouille mixte a rebroussé chemin et Il nya pas eu de victime, mais la sécurité présidentielle a été renforcée, par l’arrivée précipitée des éléments des forces spéciales dont le tour de garde était normalement le matin…

Dans la soirée, une manifestation spontanée a eu lieu vers 20 heures sur la route du Prince, dans la banlieue de Conakry, suite à la hausse du prix du carburant à la pompe. Des jeunes manifestants ont érigé des barricades, empêchant la circulation des véhicules notamment à Hamdallaye. Les forces de l’ordre sont brutalement intervenues pour dégager le passage. Dans les échauffourées, des tirs ont été entendus et un jeune homme, un élève qui doit passer le BEPC dans quelques jours, a été mortellement touché au front, selon des témoins.