Luxembourg
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

[Basket] Elles se sont battues avec leurs armes

Baptême du feu au plus haut niveau logiquement compliqué pour Bridget Yoerger et les Luxembourgeoises.  (Photo : fiba)

EUROPE CUP 3×3 À JÉRUSALEM Logiquement dominées par les Espagnoles (10-21) et les Néerlandaises (8-18), les Luxembourgeoises ont lutté avec leurs armes jusqu’au bout.

Elles étaient clairement le Petit Poucet de la compétition. Pour la première fois, une équipe nationale luxembourgeoise de sport co décrochait son billet pour des championnats d’Europe. Une place que Cathy Schmit, Lisa Jablonowski, Bridget Yoerger et Nadia Mossong sont allées chercher avec la manière en remportant au début de l’été le tournoi de qualification du côté de Limassol, quelques semaines après avoir écrasé la concurrence pour aller chercher l’or aux JPEE à Malte.

C’est ainsi que les joueuses de Vincent Gevrey gagnaient le droit de se mêler à la crème de la crème continentale en faisant partie des 12 nations qualifiées pour cette phase finale, qui se tient à Jérusalem. Face à des adversaires de très haut niveau, rompues aux joutes des Women’s Series, la ligue mondiale qui regroupe les meilleures joueuses du monde, les basketteuses grand-ducales n’avaient, sur le papier en tout cas, que peu de chances de pouvoir rivaliser. Avec seulement 12 formations sur la ligne de départ, les rivales allaient forcément être de très haut niveau. Et effectivement, avec l’Espagne, qui est dans le Top 10 mondial, et les Pays-Bas, rien moins que les vice-championnes d’Europe en titre, le challenge était de taille pour le quatuor grand-ducal.

Et, comme on pouvait s’y attendre, ce fut très compliqué. C’était pourtant bien parti face à l’Espagne puisque les deux premiers points ont été pour les Luxembourgeoises. Mais par la suite, les joueuses ibériques ont rapidement pris les commandes, notamment grâce à une belle adresse de loin (chaque tir longue distance donne 2 pts en 3×3). Les Luxembourgeoises n’ont pas démérité, auront même une balle pour revenir à 5-7, mais un lay-up raté suivi d’un panier adverse et les Espagnoles reprenaient leurs distances. Au fil des minutes, les joueuses grand-ducales ont semblé subir la pression d’un adversaire qui a l’habitude des rencontres à très haute intensité face aux meilleures mondiales. Au final, la note est salée puisque le match n’ira pas à son terme, étant donné que les Espagnoles ont marqué 21 pts pour s’imposer 21-10.

«On n’a jamais baissé les bras»

Deux heures plus tard, alors que la nuit était tombée, il fallait enchaîner avec le second adversaire de la journée. Et quel adversaire : les Pays-Bas! Un rival plus physique que les Espagnoles. Et effectivement, les Bataves étaient grandes et costaudes. Ce sont cette fois elles qui prennent le meilleur départ (0-4) avant que Lisa Jablonowski et ses compatriotes ne reviennent à la marque (2-4). Malheureusement, à ce moment, elles vont rater un lancer franc qui aurait permis de revenir totalement dans la rencontre. Au contraire, les Néerlandaises accélèrent la cadence et s’échappent au score (2-7, 4-11). Comme face à l’Espagne, la seconde partie de la rencontre semble plus compliquée pour les Luxembourgeoises, régulièrement débordées par leurs adversaires. Même si elles ne concèderont pas 21 pts, elles s’inclineront malgré tout lourdement (18-8). Deux revers somme toute logiques pour des joueuses qui ont découvert le très très haut niveau international, elles qui n’ont pas l’habitude d’affronter des filles d’un tel calibre.

Nadia Mossong, joueuse et en charge du développement du 3×3 à la fédération, revient sur cette grande première : «C’était un grand plaisir de participer à un événement avec les meilleures équipes d’Europe. Évidemment, j’aurais préféré gagner un match, mais il faut aussi dire que les adversaires étaient à un niveau au-dessus du nôtre. Leur agressivité nous a posé des problèmes et on voit que ces équipes sont habituées à jouer sur un tel niveau lors des compétitions Women’s Series pendant tout l’été. Elles ont plus d’expérience et on a ressenti ça.» Et de conclure sur une note très positive : «Malgré les matches perdus, je pense qu’on peut être fières de notre parcours. On n’a jamais baissé les bras. Et jouer un championnat d’Europe au bout de seulement la deuxième saison au Luxembourg est déjà un exploit en soi. Les débuts ne sont jamais faciles!»

Même son de cloche pour l’entraîneur national : «On s’est bien battus avec nos armes. La pression défensive était vraiment très costaude lors des deux matches. Les filles n’ont rien lâché et ont vraiment essayé avec beaucoup de cœur. Mais à ce niveau, c’est très dur physiquement. On a encore du travail pour atteindre ce niveau, mais on n’a pas à rougir. On a montré un beau visage.» Les commentateurs de la rencontre sur YouTube se montraient également séduits. Notamment par Bridget Yoerger, qui a réalisé quelques très beaux mouvements.

Avant la compétition, Vincent Gevrey avait expliqué que le 3×3 était en train de s’installer progressivement. Et qu’il fallait encore mettre des choses en place. Et notamment mener une réflexion sur la possibilité, à terme, de multiplier les rencontres face à des adversaires beaucoup plus fortes. Et donc, pourquoi pas, tenter d’intégrer les Women’s Series. En tout cas, le 3×3 n’en est qu’à ses balbutiements au Luxembourg. On peut dire que ça promet pour la suite!

Hier

Luxembourg – Espagne 10-21

Luxembourg – Pays-Bas 8-18