Luxembourg
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Le cauchemar de Maribor

Football

Differdange a mené 3-1 en Slovénie avant de se faire déborder à la fin de la prolongation à la suite d’une décision arbitrale contestable.

Le doublé de Guillaume Trani a été insuffisant pour une équipe de Differdange éliminée à la fin de la prolongation.

Le doublé de Guillaume Trani a été insuffisant pour une équipe de Differdange éliminée à la fin de la prolongation. Foto: LW-Archiv/Yann Hellers

La malédiction slovène a encore frappé Differdange. Battu en prolongation la saison dernière par l’Olimpija Ljubljana, le club de la Cité du Fer a été éliminé jeudi à Maribor à l’issue des 120 minutes de jeu. Le vainqueur de la Coupe de Luxembourg a pourtant mené 3-1 au match retour du deuxième tour qualificatif de la Conference League avant de connaître l’enfer sous une pluie battante.

Mené d’entrée de jeu (0-1, Kolar, 6e), Differdange a pu compter sur Romain Ruffier pour rester dans le match avant qu’Erico Castro ne se fasse justice en transformant un penalty (1-1, 27e). La fin du premier acte et le début du second étaient privatisés par Guillaume Trani, auteur d’un doublé qui ouvrait une voie royale vers Istanbul et le prestigieux club turc de Fenerbahce au tour suivant. Le milieu offensif français exploitait un service lumineux d’Amine Naïfi pour croiser une première frappe (2-1, 42e) avant de résister à la charnière centrale slovène pour placer le ballon dans le plafond du but local (3-1, 46e).

C’était sans compter sur la capacité de résilience du NK Maribor qui allait revenir au score en deux temps par Jan Repas (62e) et Ivan Brnic (82e) pour arracher deux fois 15 minutes de jeu supplémentaires. Les deux équipes se dirigeaient vers la séance de tirs au but lorsque l’arbitre polonais Krzysztof Jakubik jugea fautive l’intervention de Théo Brusco sur l’ancien Messin Xhuliano Skuka à la 120e minute. Du pain béni pour Josip Ilicic qui évita au public local une séance de torture supplémentaire en frappant en force au-dessus de Ruffier (4-3).

C’est frustrant car il n’y avait pas faute et le nul était mérité. Et on ne sait jamais ce qui peut se passer lors d’une séance de tirs au but.
Amine Naïfi a délivré une passe en or pour Guillaume Trani qui a permis à Differdange de prendre l’avantage.
Amine Naïfi a délivré une passe en or pour Guillaume Trani qui a permis à Differdange de prendre l’avantage.

Amine Naïfi a délivré une passe en or pour Guillaume Trani qui a permis à Differdange de prendre l’avantage. Foto: LW-Archiv/Yann Hellers

La frustration était à son comble pour Differdange déjà grugé une semaine plus tôt par des décisions défavorables. «On prend un premier but sur corner mais on a réagi en proposant de belles choses. On les fait douter en exploitant deux contres. Ils reviennent au score car c’est une équipe de qualité puis on équilibre à nouveau les échanges jusqu’à ce penalty sifflé à la dernière minute. C’est frustrant car il n’y avait pas faute et le nul était mérité. Et on ne sait jamais ce qui peut se passer lors d’une séance de tirs au but», réagissait Ruffier.

Lesen Sie auch:

Niederkorn und Differdingen schnuppern an der Sensation

Cette nouvelle pièce ajoutée au dossier ne va pas réconcilier Differdange avec les instances européennes et l’arbitrage. Le club de la Cité du Fer aurait pu être le premier du pays à battre un adversaire slovène et, du coup, à l’éliminer. C’est, au contraire, la huitième fois que la pièce tombe du mauvais côté. Differdange ne fera pas grand cas de ces statistiques. Il essayera de tourner le plus rapidement le bouton pour se mettre en mode championnat.