Luxembourg
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Le Luxembourg à l’Euro-2024 ? Il a 36% de chances selon les coaches de DN !

La victoire en Bosnie, en juin, a ouvert en grand les vannes de la machine à rêver.

Les coaches étrangers de la BGL Ligue en sont certains : les Roud Léiwen ont plus d’une chance sur trois de se qualifier désormais.

Les entraîneurs étrangers de DN sont prudents. Enthousiastes quand même, mais prudents. Pour une moyenne de cinq techniciens consultés sur le sujet, il y a… 36% de chances de voir le Luxembourg en Allemagne pour disputer l’Euro-2024. Et ils ne voudraient surtout pas que ce chiffre, très réaliste à l’aune de la difficulté de la tâche, vienne assombrir tout le bien qu’ils pensent des Roud Léiwen : «Même 30%, c’est énorme et très optimiste quand on voit qu’on n’en est pas encore à la moitié de la campagne», balance l’un des coaches, comme pour s’excuser de ne pas passer la barre des 50% d’opinions favorables… Tout le pays commence à rêver à un truc fou et les spécialistes pas moins que les spectateurs lambda. Mais en gardant la tête froide…

C’est d’ailleurs bien l’argument qui pousse à aller voir les entraîneurs étrangers. Parce qu’eux mesurent mieux que personne l’engouement en dehors des frontières et peuvent le comparer à la déraison qui se fait jour ici, sur le territoire national. «Moi je suis né à Sarrebruck, vous savez, et tout le monde sait depuis longtemps dans la région qu’il y a de très bons joueurs de foot ici», lance Kakoko (Pétange). Mais l’Europe y croit-elle pour autant? Le Luxembourg peut-il devenir la nouvelle Islande? «Il y a de l’espoir», jure Pedro Resende (Differdange), qui refuse la tyrannie de l’instant : «Si ce n’est pas cette fois-là, ce sera dans le futur, c’est sûr».

Si ce n’est pas là, ce sera dans le futur, c’est sûr

C’est sûr aussi pour Franck Rinaldo (Käerjeng), capable de développer sur le sujet : «C’est intéressant que cela soit justement une confrontation avec l’Islande qui arrive car c’est justement l’un des exemples à suivre. Leur démographie prouve qu’ils y sont parvenus en étant encore plus petits que le Luxembourg. C’est donc que ce n’est pas une question de taille. La victoire en Bosnie a été un grand coup, mais elle avait été précédée de beaucoup d’avertissements. La qualité est-elle suffisante pour aller jouer un Euro ? Je ne sais pas, mais on en est de plus en plus proche. Cela resterait une surprise de se qualifier, mais ce serait « une surprise, virgule, qu’on attendait ». Et là, l’Islande, c’est charnière. Il y aura encore un bout de chemin, mais si on se retrouve à une chance sur trois d’y être… c’est énorme!»

Quand il était adjoint de Luc Holtz, chez les A, Jay Shoffner (F91) en a-t-il déjà parlé, de cette éventualité folle? Celle d’un Luxembourg dans une grande compétition internationale ? L’Américain ne peut pas renier une seule seconde du travail auquel il a participé à Mondercange et s’en voudrait de ne pas être le plus ardent défenseur de l’aventure qui pourrait naître samedi soir, en cas de succès face à une minuscule île qualifiée pour l’Euro-2016 et qui a fait s’arracher les cheveux à toute l’Europe. «Cette équipe a franchi un très grand pas ces dernières années sous l’impulsion d’un coach ambitieux et plein de confiance et qui veut l’insuffler à ses joueurs. Peu de gens voient également tout le crédit qu’il faudrait accorder à Paul Philipp de l’avoir laissé travailler dans le calme parce que là, tout doucement, on arrive à la fin du processus…» Sous-entendu, il est temps de récolter ce qui a été semé.

Une vague d’euphorie s’ils battent l’Islande et alors…

«Le Luxembourg reste quand même un outsider», croit bon de rappeler Martin Forkel (Rosport). Selon qui les clubs allemands ont contribué à l’éclosion de cette génération qui pourrait être dorée, autant qu’ils en ont profité. Mais qui spécifie aussi que «si le Luxembourg bat l’Islande, alors une vague d’euphorie peut s’emparer de ce groupe». Et alors… «S’ils battent l’Islande demain, moi je dirais que les chances vont passer les 50%», conclut Resende. On refait le sondage dimanche alors ?