Morocco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Rabat: arrestation d'un chef de parti politique, avocat de profession

Par Hassan Benadad le 30/11/2021 à 20h50
menottes arrestation dessin
© Copyright : mohamed Elkho-Le360

Kiosque360. Le chef du parti de l’UMD, Jamal El Mandri, a été arrêté lundi à l’intérieur de la salle d’audience de la Cour d’appel de Rabat, après avoir été condamné à 5 ans de prison ferme pour abus de confiance. Cet article est une revue de presse du quotidien Assabah.

Le président de l’audience correctionnelle de la Cour d’appel de Rabat a ordonné, lundi 29 novembre, l’arrestation du secrétaire général du parti de l’Union marocaine pour la démocratie (UMD), Jamal El Mandri, juste après le prononcé du verdict. Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du mercredi 1er décembre, que cette arrestation, effectuée à l’intérieur de la salle d’audience, survient après la confirmation du premier jugement de 5 ans de prison ferme à l’encontre d’El Mandri pour abus de confiance. Le chef de l’UMD, avocat de profession, comparaissait en état de liberté provisoire après avoir passé 17 mois en détention provisoire et versé une caution. 

Le tribunal avait accepté la requête de la défense de procéder à une expertise financière, suite à la plainte déposée à Sidi Kacem par les héritiers de Dar Kadari qui l'accusent de leur avoir subtilisé de l’argent. Le chef de l’UMD s’est défendu en affirmant que l’argent qu’il avait perçu représentait ses honoraires et que ce dossier avait été «politisé» par certains responsables qui ont fomenté de sombres projets pour qu’il soit poursuivi en état d’arrestation. Après avoir présenté les garanties nécessaires, l'accusé a bénéficié de la liberté provisoire en attendant les conclusions de l’expertise financière. Les résultats de cet audit l’ayant incriminé, il a été condamné en appel à cinq de prison ferme avant d’être placé en détention dans la prison d’Al Arjat. 

Le quotidien Assabah rapporte que le président de l’Association des barreaux du Maroc (ABAM), Mohamed Akdim, a déclaré que cette expertise financière avait besoin d’être débattue. Du coup, il attend, indique-t-il, de consulter la motivation de cet arrêt pour connaître les fondements sur lesquels s’est basé le tribunal pour confirmer le jugement de première instance à l’encontre de son confrère. Le président de l’ABAM affirme d’ailleurs que son client avait lui-même demandé au tribunal de réaliser une expertise financière. 

La défense avait auparavant présenté un audit des dépôts bancaires de Jamal El Mandri démontrant, dit-elle, que ce sont les plaignants qui lui sont redevables d’une somme d’argent et qu’en définitive ce dossier est un simple litige professionnel. Sauf que le tribunal a ordonné une contre-expertise des comptes bancaires de l’accusé en présence du représentant du parquet général, de trois experts, de la défense et des parties civiles. C’est sur la base de cet audit que la deuxième Chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Rabat a confirmé le jugement de première instance en condamnant le chef du parti de l’UMD, Jamal El Mandri, à cinq ans de prison ferme.

LES CONTENUS LIÉS