Morocco

Vidéo. Arrivée du paiement mobile sans contact au Maroc: professionnels et usagers témoignent

Par Saad Zouhri le 18/06/2020 à 16h55
Paiement sans contact
© Copyright : DR

Avec la crise sanitaire liée au Covid-19, le paiement sans contact, jusqu'ici boudé par de nombreux Marocains, est devenu plus fréquent. Ce moyen de paiement sera dorénavant généralisé, par carte bancaire, mais aussi par smartphone. Situation actuelle et perspectives dans ce reportage.

Le paiement mobile désigne toute opération de paiement effectuée depuis un téléphone mobile, vers un autre cellulaire ou en effleurant un terminal monétique compatible.

Au Maroc, le paiement à travers des terminaux monétiques compatibles n'a pas encore été implémenté. Jusque-là, le paiement mobile désignait donc seulement les transactions effectuées entre téléphones mobiles, à travers des applications dédiées.

Néanmoins, la propagation de la pandémie du Covid-19 a incité davantage les citoyens à procéder au paiement mobile sans contact. Ce moyen de transaction a été mis en application au Maroc depuis le début de 2018 pour les personnes détenant une carte Visa afin qu’ils puissent régler leurs achats de faible valeur sans avoir le moindre contact avec le vendeur, simplement en rapprochant leur carte bancaire de l’appareil de lecture, sans avoir besoin de l’y insérer ni de composer un code.

Malgré son utilité, ce moyen de paiement est longtemps resté moins usité que le paiement par cash et par carte bancaire. Toutefois, faisant partie intégrante des gestes barrières conseillés, le paiement sans contact a connu dernièrement une hausse importante, en termes de nombre d’utilisateurs. Un changement de comportement qui a poussé le Centre monétaire interbancaire (CMI) à doubler le plafond de paiement sur les terminaux de paiement électroniques (TPE). Ce plafond est ainsi passé de 200 à 400 dirhams.

Le CMI est même allé plus loin, en introduisant le paiement mobile sans contact en faveur de tous les utilisateurs de M-wallet, autrement dit d'un portefeuille électronique, qui doit être bien évidemment alimenté en argent. Chaque wallet doit correspondre à un numéro de téléphone mobile national.

Par cette initiative, cet organisme a souhaité généraliser le paiement sans contact sur un maximum de commerces, en mettant à la disposition de ces derniers de nouveaux terminaux de paiement qui permettent d’effectuer des paiements mobiles sans contact.

La procédure est simple: un QR code sera affiché chez les détenteurs de l’application M-wallet dans lequel l’identifiant de la personne, avec laquelle se fait la transaction, indique tous les détails de l’opération. Ensuite, il suffit que le commerçant scanne le QR code du client qui pour sa part valide le paiement.

Dans notre reportage nous nous sommes rendus dans différents types de commerces, du pressing à la station-service, en passant par un restaurant et une pharmacie, pour les interroger sur cette pratique.

Favorables à cette nouvelle tendance de paiement sans contact, ces acteurs économiques ont exprimé leur soutien à cette transformation digitale que connaît notre pays et espèrent y participer. 

Mohamed, client d’un restaurant, a exprimé son optimisme concernant cette innovation, tout en insistant sur la nécessité d'apporter une entière sécurité à ce moyen de paiement, afin d’éviter toute faille dans le système dans les jours à venir. D'autres témoignages dans ce reportage.

Football news:

Agent de Bruyne: Kevin is not thinking about leaving Manchester City. 90% of news is nonsense
Ronaldo is the king of alcohol. I was out with Vieri, begging for beer from the media, and I figured out how to drink in front of the coach
MLS is back: almost 9 minutes of protest against racism and a giant virtual adidas logo in the center of the field
Solskjaer on MATIC: I'm Glad he stayed. We need experience in a team with children who run around
Germany manager Bierhoff: Havertz is a player for Real Madrid
Buffon's agent: Gianluigi should become a coach. He can lead Juve
Barcelona won the court against Santos in the Neymar case. The Brazilians demanded more than 61 million euros