Madagascar
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Démission de Fienena Richard du MMM : « L’histoire jugera », selon Hajo Andrianainarivelo

À moins de six mois du premier tour du scrutin présidentiel, le parti Malagasy Miara-Miainga semble traverser une zone de turbulence. Un moment particulier qui ne fait que renforcer le parti si on en croit aux discours de Hajo Andrianainarivelo, à Mahajanga.

Richard Désiré Fienena, député de Madagascar élu dans le district de Manja, sous l’étiquette IRD, a fait beaucoup de bruit en quittant officiellement le parti de l’ancien ministre Hajo Andrianainarivelo, le Malagasy Miara-Miainga. « Cela fait quelques années que la vie du parti ne me motive plus. En conséquence, c’est un honneur pour moi d’écrire cette lettre afin de présenter officiellement ma démission du parti MMM », a-t-il fait savoir dans une missive adressée au président national du MMM, le 8 mai dernier. Les réactions ne se sont pas fait attendre. En déplacement à Mahajanga, dans le cadre du congrès régional de son parti, Hajo Andrianainarivelo a glissé quelques mots qui semblent faire allusion au choix de l’élu de Manja. « L’histoire jugera ceux qui soutiennent encore ce régime », a-t-il tonné devant un public qui a accueilli avec intérêt la conférence-débat organisée par le parti dans la capitale de la région Boeny, ce samedi. 

Culte de personnalité

S’agit-il d’une manière pour cet élu avec un lourd passé politique d’éviter un règlement de compte ? C’est la question qui commence à être posée. Peu importe, les casseroles traînées par le député de Manja ne plaident pas en sa faveur et les enjeux électoraux ne font que nourrir les spéculations. En effet, depuis quelques semaines, des notables régionaux, en l’occurrence, Pierre Lenoble Navony, Ahmad Ahmad ou encore le professeur Antoine Zafera Rabesa, se faisaient rattraper par leur passé politique. Et par un grand hasard, les deux derniers étaient présents durant la conférence-débat organisée par le MMM à Mahajanga. Si dans le camp proche du régime, on annonce déjà que cette démission va sûrement causer de l’incertitude et de l’instabilité au sein du parti MMM et aura de l’impact sur sa crédibilité en cette veille d’élection présidentielle ou de Transition, Hajo Andrianainarivelo et les militants MMM affichent une certaine confiance et une grande maturité politique. « Le MMM reste attaché à sa doctrine et écarte tout « culte de personnalité », a fait savoir le numéro Un du Malagasy Miara-Miainga.

Normes démocratiques

Bon gré mal gré, le parti MMM reste concerné par la préparation des élections à venir. Très critique depuis au moins ces douze derniers mois, il garde une certaine réserve sur le processus électoral déjà enclenché. « Les élections peuvent consolider la démocratie, mais on peut organiser des élections sans suivre les normes démocratiques », a expliqué Hajo Andrianainarivelo tout en évoquant les décisions polémiques du régime Rajoelina. Le parti MMM a, en effet, eu son lot de pressions et d’intimidations lors de ses derniers déplacements. Des comportements que les ténors du Malagasy Miara-Miainga ont tout de suite condamnés malgré une indifférence et un manquement flagrant de la part des responsables, surtout au niveau du tribunal administratif de Fianarantsoa, selon leurs explications. Toutefois, le MMM a affiché son ouverture à toute proposition qui conduira à des élections libres, propres et se déroulant dans un climat d’apaisement et de sérénité. « Le parti n’a pas de problème à tout ce qui nous mène à cela, même si on passe par une concertation nationale ou bien une transition », a poursuivi Hajo Andrianainarivelo, tout en affichant ses inquiétudes sur la persistance d’un éventuel trouble politique par rapport aux comportements de la classe dirigeante. 

Julien R.