Madagascar
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Lutte contre le travail des enfants dans les mines de mica : Alliance de six grandes ONG internationales pour un projet novateur

Toutes les parties prenantes du projet, lors du lancement officiel qui s’est tenu hier.

Pour réduire le travail des enfants dans le secteur du mica, qui fait travailler jusqu’à 10 000 enfants dans des mines dangereuses, l’Alliance Joining Forces, composée des six plus grandes ONG internationales, a décidé d’unir ses forces pour combattre ce fléau.

L’union fait la force. C’est ce que l’on peut dire de l’alliance des six plus grandes ONG internationales, axées sur les enfants, dans la lutte contre leur travail dans les mines de mica à Madagascar. Ensemble, elles ont élaboré un projet de trois ans intitulé « Agir contre le travail des enfants (ACTE) ». Financé par l’Union européenne, ce projet consiste à contribuer à la réduction du travail des enfants sous ses pires formes au Burkina Faso, au Mali, au Malawi et à Madagascar. Il sera mis en œuvre par Terre des Hommes Pays-Bas et Save the Children, en étroite collaboration avec des partenaires locaux, tels que la Plateforme de la société civile pour l’enfance (PFSCE), qui compte 60 associations membres. « Certains enfants accompagnent leurs parents dans les mines de mica par manque de garderie ou parce qu’ils ne peuvent pas aller à l’école pour diverses raisons. Nous allons ainsi  mettre en place des garderies dans les mines de mica pour que les enfants puissent bénéficier en même temps d’activités pédagogiques et ludiques. Il y aura également une éducation à la parentalité positive pour les parents. Certains d’entre eux ne souhaitent pas faire travailler leurs progénitures mais ils ne savent pas trop comment s’y prendre et nous allons faire en sorte qu’ils aient des activités génératrices de revenus », selonPhilemon Ndremana, le chef du projet ACTE, lors du lancement officiel qui s’est tenu à Anosy hier.

Education

Ces ONG internationales formeront les enfants des villages d’extraction du mica aux droits de l’enfant et aux aptitudes de la vie quotidienne. Elles plaideront auprès des responsables au niveau national pour que des mesures soient prises afin de lutter contre les pires formes de travail des enfants. « Le renforcement des systèmes de protection de l’enfant à tous les niveaux est essentiel pour lutter contre les pires formes de travail des enfants. Cela commence par donner aux enfants les moyens de se sentir valorisés, respectés et en sécurité au sein de leurs familles et de leurs communautés et de faire entendre leurs voix », selon, à son tour, le coordonnateur du projet ACTE, Arthur Ralaivao. Dans son rapport en 2019 , Child Labour in Madagascar’s Mica Sector de Terre des Hommes Pays-Bas et SOMO rapporte que 10 000 enfants environ travaillent dans le secteur du mica dans le Sud.

Narindra Rakotobe