Madagascar
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Une surpopulation qu’il faut gérer

Temps de lecture : 2 min.

Le chiffre de 8 milliards d’êtres humains sur terre a été publié le week-end dernier. Il a été annoncé par l’ONU et il n’est pas passé inaperçu. Mais il n’a provoqué aucun émoi dans les opinions publiques, beaucoup plus préoccupées par la gestion de leur quotidien et par une situation internationale tendue. C’est pourtant une donnée qu’il faut prendre en compte car un accroissement exponentiel de la population mondiale peut poser des problèmes. La question des ressources nécessaires pour pouvoir nourrir les habitants de la planète est posée. Une projection qui a été faite estime qu’il y aura 10 milliards d’hommes et de femmes à l’horizon des années 80 sur terre.

Une surpopulation qu’il faut gérer

Ce sont les problèmes engendrés par le changement et mis en lumière durant la COP27 qui focalisent en ce moment l’attention de tous. Mais cette croissance rapide de la population mondiale doit, elle aussi, entrer en ligne de compte. L’amélioration des conditions d’existence  dues aux progrès matériels et techniques offre à l’espèce humaine une espérance de vie plus grande. Il n’y a plus de grandes famines comme dans les siècles passées ni d’épidémies mortelles décimant la population mondiale. Les démographes ont établi un tableau retraçant l‘augmentation de cette population depuis un passé récent. La terre comptait un milliard d’hommes en 1800. Le chiffre était de 2,5 milliards en 1950. Il a doublé au début des années soixante. À la fin de la première décade du XXIème siècle, la planète comptait 7 milliards d’individus. Et ce mardi 15 novembre, nous étions 8 milliards sur terre. La question que les scientifiques se posent est : la terre peut-elle nourrir sa population ? La réponse est  positive car la nourriture produite est suffisante, mais c’est la manière de la répartir qui est essentielle. Aujourd’hui, on n’a jamais autant parlé des gaspillages qui ont lieu dans les sociétés d’abondance occidentales. L’humanité est capable de gérer ce problème qui n’en est finalement pas un.

Patrice RABE