Mali

Afri’actu : Le Bénin sous le talon!

A l’issue de la présidentielle du dimanche 11 avril au Bénin, le ticket Talon-Talata a été déclaré, sans surprise, vainqueur dès le premier tour de cette élection  sans enjeu. Sur les 20 candidatures déposées pour la présidentielle,  la Commission électorale nationale autonome (Cena) n’a validé que trois   proches du pouvoir. Scénario inédit au Bénin car face au président sortant, il n’y avait aucun candidat de taille de l’opposition. Tous les poids lourds ont  été écartés afin que Talon rempile. Les Béninois assistent plus que jamais   au  rétrécissement  de leur  espace démocratique.

Dans son rapport de 2020, ‘’Economist Intelligence Unit’’ qualifie désormais ce pays de démocratie hybride. «C’est-à-dire que les principes de la démocratie sont toujours là mais que leur application dans la réalité est problématique», explique Expédit Ologou, président du Civic Academy for Africa’s Future (CiAAF), un centre de recherche sur la gouvernance. «Par exemple, le principe de séparation des pouvoirs demeure, on a bien l’Assemblée nationale, la Cour constitutionnelle, le pouvoir judiciaire et de l’autre côté le pouvoir exécutif. Mais, dans la réalité, on a une seule personne qui décide de tout. L’exécutif a deux partis politiques qui siègent à l’Assemblée nationale de façon totalitaire, tous les sièges du Parlement appartenant aux deux partis fondés sous les auspices du Chef de l’État. La Cour constitutionnelle a été désignée par une majorité liée au Parlement qui était favorable au Chef de l’État et par le Chef de l’État. Quant au pouvoir judiciaire (la Cour constitutionnelle fait partie du pouvoir judiciaire), il a encore été un peu plus limité dans ses capacités d’agir, le Conseil supérieur de la magistrature ayant été renforcé avec un nombre encore plus important de membres du gouvernement.» Pour l’analyste politique, le pays est en voie de «dédémocratisation».

Pourtant, le Bénin depuis les années 90 était constamment cité comme un exemple de  démocratie en Afrique de l’Ouest.  Mais l’homme d’affaire  Patrice Talon, candidat indépendant, arrivé au faîte de l’État en 2016 grâce à l’appui des grands partis politiques, a tout de suite pris goût au pouvoir autoritaire.  Afin de devenir le maître absolu du Benin,  lors de son premier mandat, il a procédé à des amendements de la Loi Fondamentale ainsi que de la Loi électorale. Les média d’Etat lui sont  inféodés et ceux privés sont  diabolisés et harcelés.

Talon a donc tout mis en œuvre pour museler l’opposition démocratique  (qu’il  a jetée dans la rue pour s’exprimer) et les médias privés. Pas d’opposition politique ni de liberté d’expression ! Il n’y a quasiment plus de droit de grève !

Cette «dérive  autoritaire » du pouvoir Talon, telle une monarchie républicaine, est dénoncée par les acteurs et les analystes politiques béninois. Les ONG de sauvegarde des Droits de l’Homme ne cessent d’alerter sur la situation. Mais Talon, désormais confronté à des manifestations  insurrectionnelles  continue de faire la sourde oreille.

Pourra-t-il longtemps encore maintenir le Bénin sous son talon?

Gaoussou Madani Traoré

Commentaires via Facebook :

Football news:

Koeman insists on signing Depay, the Barca management is not sure about the forward
Kroos told Mount I'm sleeping fine. Good luck in your first Champions League final
Mkhitaryan due to Mourinho may refuse to extend his contract with Roma
Chelsea want to sell Alonso or Emerson
Referee Sergey Ivanov will serve the match Lokomotiv-Krylia in the final of the Betsity Cup of Russia
Lautaro Martinez: I was close to joining Barca, I discussed it with Messi
Klopp's agent says that the coach will stay at Liverpool: Definitely, there is nothing to discuss