L’accès humanitaire est nécessaire de toute urgence pour atteindre les civils et les réfugiés érythréens au Tigré (Ethiopie), a alerté, mardi, le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).Le sort des réfugiés érythréens du Tigré inquiète les travailleurs et partenaires humanitaires de l’ONU. Lors d’un point de presse à Genève (Suisse), le porte-parole du HCR, Babar Baloch a tiré la sonnette d’alarme. « Notre extrême inquiétude est que nous entendons parler d’attaques, de combats à proximité des camps, d’enlèvements et d’expulsions forcées. Il est donc très important pour nous d’avoir cet accès pour aller voir ce qui s’est passé là-bas », a-t-il déclaré.

Partant de ce constat, le HCR a lancé un appel aux autorités fédérales éthiopiennes pour « un accès urgent afin d’atteindre les réfugiés érythréens dans la région du Tigré qui ont désespérément besoin d’aide et de services humanitaires ».

« Les inquiétudes grandissent d’heure en heure » dans la région du Tigré, au nord du pays, où la nourriture aurait été épuisée pendant le conflit qui a duré un mois, signale M. Baloch. A en croire ce dernier, les camps sont pratiquement à court de vivres, ce qui fait de « la faim et de la malnutrition un réel danger ». « Et c’est un avertissement que nous lançons depuis le début du conflit il y a près d’un mois », a insisté Babar Baloch.

Pendant près de deux décennies, l’Éthiopie a été un pays accueillant pour les réfugiés érythréens, rappelle le diplomate, qui appelle Addis-Abeba à continuer à assumer ses responsabilités en matière d’accueil et de protection des réfugiés érythréens et à permettre aux humanitaires d’accéder aux personnes qui sont maintenant désespérément dans le besoin.

La région du Tigré dans le nord de l’Ethiopie est le théâtre d’intenses combats entre le gouvernement fédéral et le Front de Libération du Peuple du Tigré (TPLF).