Imam Mahmoud Dicko, ancien président du Haut Conseil Islamique du Mali
Imam Mahmoud Dicko, ancien président du Haut Conseil Islamique du Mali

Dans une interview accordée à la télévision Nieta Tv, l’Imam Dicko dément d’avoir porté plainte contre qui que ce soit. Alors que, lors de l’interpellation du journaliste activiste Abdoul Niang par la BIJ, une plainte lui a été livrée par procuration, sur lequel est mentionné le nom de l’Imam.

 Serait-il une contradiction de la part du journaliste ou un autre coup médiatique de la part de l’Imam ? En tout cas, la vidéo de l’interview est largement partagée sur les réseaux sociaux, et nous pouvons constater l’air sérieux de l’Imam quand il dit « je n’ai jamais porté plainte contre qui que ce soit, mais ils peuvent m’associer à des plaintes, par exemple s’il vient de la part de mes enfants et d’autre groupement sinon que je sois porteur même de la plainte ? Jamais ! » Cependant, cette déclaration fait suite à une affaire de plainte dont son nom y figure.

Il s’agit de l’interpellation du journaliste et activiste Abdoul Niang par la BIJ. Dans une récente vidéo, le journaliste « fait des révélations sur le comportement de l’Imam Dicko, et le contredit en lui posant les questions suivantes : pourquoi Dicko ne dit-il pas qui est à la base de la procuration ? Seraient-ils ses enfants à priori ? Cela est difficilement compréhensible. En tout cas, selon l’accusé qui n’est autre que le journaliste lui-même, les affaires de plaintes de Dicko sont nombreuses, mais il n’est jamais lui-même parti déposer ses plaintes. C’est toujours par procuration ». Qu’est-ce qui ne va pas dans l’entourage de l’Imam ? Son élève Issa Kaou Djin vient de l’abandonner carrément avec sa troupe. Il semblerait que rien ne va. De toute évidence, cette chasse aux sorciers entre Niang et l’Imam n’a pas fini de nous révéler ses secrets.  

À suivre   

Lansine Coulibaly

Source : LE COMBAT

Oumou Traoré