Mali
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

MALI: AU MOINS 49 CIVILS ET 15 SOLDATS MORTS DANS 2 ATTAQUES D’UN BATEAU ET D’UNE BASE DE L’ARMÉE

Deux attaques terroristes ont frappé le Mali ce jeudi, faisant au moins 64 victimes. Le gouvernement a annoncé un deuil national de trois jours à compter de vendredi.

Soixante-quatre personnes (49 civils et 15 soldats) sont mortes ce jeudi dans deux attaques terroristes ayant visé un bateau de transport fluvial de passagers et une base de l’armée dans le nord du Mali, dans un secteur soumis depuis quelques semaines à une forte pression des groupes armés combattant l’État central.

Les deux attaques distinctes ont visé “le bateau Tombouctou” sur le fleuve Niger et “la position de l’armée” à Bamba, dans la région de Gao (nord), avec “un bilan provisoire de 49 civils et 15 militaires tués”, selon un communiqué du gouvernement.

L’attaque de Bamba a été revendiquée jeudi par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM ou Jnim selon l’acronyme arabe), alliance jihadiste affiliée à Al-Qaïda, sur la plateforme de propagande Al-Zallaqa, selon SITE, ONG américaine spécialisée dans le suivi des groupes radicaux.

Une cinquantaine de terroristes neutralisés

Les deux attaques ont été “revendiquées” par le GSIM, a dit le gouvernement dans son communiqué selon lequel l’assaut contre le bateau a aussi fait “des blessés ainsi que des dégâts matériels”. La riposte de l’armée a permis de “neutraliser une cinquantaine de terroristes”, selon la même source.

Le bateau, de la compagnie malienne de navigation (Comanav, publique), a été attaqué dans le secteur de Gourma-Rharous, entre Tombouctou et Gao, avait précisé plus tôt l’armée malienne sur les réseaux sociaux.

Cette attaque est intervenue quelques semaines après que le GSIM a annoncé, début août, imposer un blocus à Tombouctou qui coïncide avec la reconfiguration sécuritaire en cours autour de “la ville aux 333 saints” inscrite au patrimoine de l’humanité.

La mission de l’ONU, poussée à partir du Mali par la junte au pouvoir, vient de quitter deux camps proches de Tombouctou, Ber et Goundam, transférés aux autorités maliennes. Cette prise de contrôle par l’État malien a donné lieu à des combats avec les jihadistes, mais aussi des accrochages avec les ex-rebelles touareg.