Mali

Mali: les journalistes déplorent les difficultés à exercer leur métier face à l’insécurité

Avec notre correspondant à BamakoKaourou Magassa

Dans un bureau de la Maison de la presse où une partie de la corporation des journalistes a ses habitudes, Lanfia Sinaba finalise l’écriture d’un article sur son ordinateur. Abasourdi après l’officialisation du rapt de son confrère Olivier Dubois, son constat sur l’exercice de sa profession est amer : « Je ne suis pas libre aujourd’hui d’exercer mon métier de journaliste sur toute l’étendue du territoire malien. C’est triste, c’est regrettable. »

Dans le nord et le centre du Mali, des zones sont sous contrôle des terroristes. Les journalistes y sont une cible malgré leur volonté de continuer d’informer. Pour Boubacar Bah, c’est un droit fondamental : « Pourquoi ils enlèvent les journalistes ? C’est ça, la question. Un journaliste enlevé par un groupe jihadiste, il faut s’attendre à tout, mais nous prions Dieu pour qu’il s’en sort. Aujourd’hui, je suis dépité, déboussolé. »

Un journaliste aguerri et rigoureux

Face à lui, Boubacar Diarra abonde dans le même sens. Pour lui, la question d’éventuelles négociations comme ce fut le cas pour la libération d’autres ex-otages se pose : « Nous dénonçons fermement et nous demandons à nos autorités et aux autorités françaises de mettre tout en œuvre pour que nos confrères soient libérés. »

Arrivé au Mali en 2015, Olivier Dubois est considéré ici comme un journaliste aguerri et rigoureux, mais surtout connu de tous pour avoir longtemps travaillé pour la presse locale.

Ces dernières années ont été marquées par des prises d’otages. Les journalistes ont été beaucoup victimes de cela. Même pressentiment pour certains hommes de radio des localités du Nord. Disons qu’on ne sait pas, ils ont disparu. Donc c’est un rappel constant que nous vivons la crise et que la presse est vraiment victime de cette crise sécuritaire.

Football news:

Scotland coach Clarke: There were a lot of good moments during the group stage, but no points scored
England are the most boring group winners in history. Two goals were enough! And at the World Cup, the Italians once became the first even with one
Dalic - to the fans after reaching the Euro playoffs: You are our strength, and we will be your pride
Modric became the youngest and oldest goalscorer in Croatia at the Euro
Czech Republic coach Shilgava: We came out of the group and fought with England for the first place. We got what we wanted
Gareth Southgate: England wanted to win the group and continue to play at Wembley-and it succeeded
Luka Modric: When Croatia plays like this, we are dangerous for everyone