Mali
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Putsch au Niger: l’influence de Poutine fait craindre la guerre

Après ou avant le putsch, c’est kifkif. C’est ainsi que l’on pourrait interpréter la réaction de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest. Après un coup d’Etat au Niger, celle-ci a réagi par des sanctions sévères et a menacé d’intervenir militairement.

En Afrique de l’Ouest, l’ambiance s’est réchauffée. Les démocraties deviennent nerveuses. Non pas qu’un coup d’Etat militaire soit inhabituel dans la région du Sahel – après tout, la Guinée (2021), le Mali (2021 et 2022) et le Burkina Faso (deux fois en 2022) ont créé un terrain fertile pour les prises de pouvoir militaires et les autocraties qui ont suivi.

Mais la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), qui s’inspire des valeurs occidentales, s’inquiète pour la région du Sahel et ne cesse de demander que les gouvernements militaires organisent à nouveau des élections.

Depuis quelques semaines, le nouveau président du Nigeria, Bola Tinubu, préside la Communauté des Etats de la Cedeao. Dans son discours d’investiture, il a déclaré que les démocraties ne devaient pas rester assises comme des «bouledogues édentés» lorsqu’elles sont menacées: «Nous devons mordre en retour».

Coup d’Etat au Niger: «Les sanctions feront très mal»

La Cedeao réagit en menaçant le Niger

Aujourd’hui, on essaie manifestement de faire revenir la démocratie au Niger avec toute la rigueur possible: par des sanctions, des fermetures de frontières, des fermetures de l’espace aérien – et un ultimatum. Si la junte militaire nigérienne n’annule pas le coup d’Etat dans un délai d’une semaine, une intervention militaire de la Cedeao ne peut être exclue.

Mais la situation est-elle réellement grave?

Pour l’expert du Sahel Ulf Laessing, l’ultimatum de la Cedeao n’est rien d’autre qu’une menace vide, comme il l’explique à la demande de watson. Il dirige le «Programme régional Sahel» au Mali pour la Fondation Konrad Adenauer, proche de la CDU.

Les pays voisins du Niger, le Mali et le Burkina Faso, ont réagi avec indignation. Ils ont menacé la Cedeao: toute intervention militaire contre le Niger équivaut à une déclaration de guerre contre le Burkina Faso et le Mali, ont déclaré les deux gouvernements de transition dans un communiqué commun publié lundi. Une intervention militaire pourrait avoir des conséquences catastrophiques qui pourraient déstabiliser toute la région.

Une guerre menace-t-elle désormais l’Afrique?

Laessing ne le pense pas. «Il n’y aura pas de guerre», dit-il.

«La Cedeao n’interviendra pas militairement au Niger. Ce n’est qu’une menace en l’air pour mettre davantage de pression sur les putschistes»

Ulf Laessing

La communauté internationale n’a absolument aucune force d’intervention et doit maintenant s’attaquer à toute l’armée du Niger. Après tout, aucune unité n’est venue en aide au président Bazoum, qui a été arrêté.

Un expert voit un danger dans la menace de la Cedeao

Jusqu’à présent, l’organisation n’est intervenue militairement qu’une seule fois, selon Laessing, et c’était en Gambie, en 2017. A l’époque, le président de longue date Yahya Jammeh avait refusé de quitter le pouvoir. Il avait certes perdu les élections, mais en décembre 2016, il avait annoncé dans un discours télévisé qu’il ne reconnaîtrait pas le résultat. Il a obtenu une prolongation de son mandat.

La Cedeao a alors envoyé 4000 soldats dans le pays – principalement du Sénégal voisin. Mais à l’époque, explique Laessing, spécialiste du Sahel, «le gouvernement de l’époque aurait demandé de l’aide».

«La menace de la Cedeao se retournera contre les putschistes et leur apportera plutôt un soutien supplémentaire. On a déjà pu le constater au Mali en 2022. A l’époque, la population s’était rangée derrière le gouvernement militaire d’Assimi Goita après l’imposition de sanctions de la Cedeao.»

Mais pourquoi le Mali et le Burkina Faso se rangent-ils derrière les putschistes du Niger?

Le Burkina Faso et le Mali sont eux-mêmes membres de la Cedeao, mais ils sont actuellement suspendus depuis les coups d’Etat militaires dans leurs pays. Au Mali et au Burkina Faso, l’armée s’était également emparée du pouvoir. Le Niger était le dernier des trois pays voisins de la région du Sahel à être dirigé par un gouvernement démocratiquement élu.

watson.ch