Mali
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Violence dans l’espace universitaire: 49 étudiants déférés

Les violences dans nos universités sont loin d’être un mauvais souvenir. Malgré les multiples décisions prises par les autorités compétentes, la violence règne dans ces lieux censés inculquer un enseignement de qualité aux futurs cadres du pays. Pour la énième fois, des tirs d’armes à feu ont eu lieu entre étudiants dans l’enceinte de la Faculté des Sciences et Techniques (FST) le 14 septembre 2023.

Suite à cette situation, le Comité syndical des Enseignants du Supérieur de ladite Faculté avait décrété un arrêt de travail pour raison d’insécurité dans l’espace. Ainsi, les autorités compétentes ont mené des investigations et 49 étudiants ont été arrêtés et déférés.
En effet, une opération spéciale de descente policière a été menée le 21 septembre 2023 dans le Campus de Badalabougou. Suite à cette opération, le Comité syndical a suspendu son mot d’ordre d’arrêt de travail et les cours ont repris le matin du lundi 25 septembre 2023. Les fouilles des résidences effectuées par les forces de l’ordre se sont soldées par les résultats suivants : 49 étudiants ont été déférés dont 9 pour détention illégale d’effets militaires dans l’espace universitaire ; 10 pour détention de Chicha en milieu universitaire et 30 pour détention illégale d’armes à feu, de munitions, d’armes blanches et complicité.
Il est à rappeler que ces opérations ont eu lieu en présence du Directeur général du CENOU, le Pr Salia Sinaly TRAORE ; et la Directrice du Centre Régional des Œuvres universitaires de Bamako, Mme COULIBALY Gabdo KANE DIALLO.
La violence dans nos universités ne date pas d’aujourd’hui. Depuis des années, les universités du Mali sont confrontées à une très grande insécurité qui met en danger la vie des enseignants, du personnel administratif et des étudiants.
Souvent, ces violences entraînent des morts, des blessés, des perturbations de cours et de nombreux dégâts matériels.
Les chambres des internats sont devenues des entrepôts de couteaux, de pistolets, de machettes, de bâtons et même des stupéfiants. Pour preuve, la fouille effectuée récemment par les forces de l’ordre au campus a permis de récupérer beaucoup d’armes à feu.
Cette opération des autorités est à saluer et à encourager. Elle doit être continuelle pour assainir le milieu universitaire dont la vocation est de bien former les cadres de demain et non un espace où règne la violence.

PAR MODIBO KONE

Info Matin