Mali
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Yerewolo-Transition: va-t-on vers le divorce ?

L’audition de confirmation des charges de l’honorable Adama Ben Diarra dit Ben Le Cerveau, membre du CNT et principal leader de Yèrèwolo debout sur les remparts est prévue ce matin devant le tribunal de grande instance de la Commune VI. Inculpé par le procureur du pôle cybercriminalité d’atteinte au crédit de l’État, Ben le cerveau va-t-il bénéficier d’une liberté provisoire ou va-t-il être confirmé comme locataire du lycée technique de Bamako-coura ? Une décision qui ne sera pas sans conséquence sur les relations entre le Mouvement de soutien et la transition, même si la justice est indépendante dans notre pays.

Déjà, au-delà des coups de gueule acerbes de Sidiki Kouyaté porte-parole de Yerewolo, le coordinateur adjoint du Mouvement, Mohamed Bill TRAORE, a accepté de donner une interview à Radio France internationale (RFI), un média honni et banni au Mali. Pour rappel, le 18 mars 2022, le Mouvement Yèrèwolo avait, dans un communiqué, vivement salué «la décision courageuse et responsable du Gouvernement d’engager une procédure de suspension de RFI et France24 ainsi que la rediffusion et la publication de leurs émissions et articles de presse » avant de rassurer le Gouvernement de son soutien inconditionnel et de celui du peuple tout entier. L’arrestation de Ben le cerveau a-t-il inversé la trajectoire du soutien ? La réponse est nuancée quand on écoute l’interview de Mohamed Bill TRAORE relayée par les réseaux sociaux :

« Nous, nous ne pensons pas qu’il a porté atteinte au crédit de l’État. En réalité, qu’est-ce qu’il a dit et qui peut être considéré comme une atteinte au crédit de l’État. Nous, nous restons toujours dubitatifs par rapport à ce que le Procureur a dit. Quelle partie de ses propos a fait porter atteinte au crédit de l’État ?
(Peut-être une proposition contre la prolongation de la transition et qu’il demande aux autorités de respecter le calendrier électoral prévu ? Journaliste NDLR).
Non, ça ce n’est pas un problème. Au Mali ici, tous les jours, les gens disent ça. Nous, nous ne pensons pas que ça soit un problème. Nous, à notre entendement, nous pensons que c’est politique. C’est purement politique. Parce que, personne ne peut ignorer l’engagement du Mouvement Yèrèwolo Débout sur les remparts à l’égard des autorités de la transition.
Et même les autorités de la transition sont reconnaissantes par rapport à ça.
Maintenant, puisque c’est le Procureur qui s’est autosaisi de ce dossier-là, nous attendons de voir les résultats. Nous pouvons demander le calme et la retenue. C’est tout ce que nous avons dit. Et nous portons l’entière confiance en notre justice ».

PAR ABDOULAYE OUATTARA

Info Matin