Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Cambodge: le Premier ministre Hun Sen passe la main à son fils Hun Manet

Au Cambodge, trois jours après le scrutin législatif du dimanche 23 juillet, fin du suspense et grand chamboulement à la tête du gouvernement. Hun Sen, au pouvoir depuis 38 ans, vient d’annoncer qu’il ne briguera pas de nouveau mandat de Premier ministre et confirme le passage de témoin à son fils aîné Hun Manet. Une transition qui fera certainement l’objet de débats, mais un vrai moment historique pour les Cambodgiens.

C’est la fin d’une ère politique au Cambodge et le début d’une dynastie politique à la tête du gouvernement. Une page d’histoire qui se tourne aussi. Imaginez : 70 % de la population a moins de 40 ans et n’a jamais connu d’autre chef de gouvernement que Hun Sen.

Dans une allocution de 49 minutes, l’homme qui dirige le Cambodge d’une main de fer depuis 1985 a mis fin aux spéculations. Son fils aîné Hun Manet prendra bien sa suite comme Premier ministre lorsque le nouveau gouvernement prêtera serment le mois prochain.

Dans cette monarchie parlementaire, l’annonce a peu de chance d’être contestée. Le parti au pouvoir s’est acquis 120 des 125 sièges à l’Assemblée nationale dimanche dernier dans un scrutin sans opposition viable.

Une transition héréditaire

Le parti au pouvoir a désigné Hun Manet comme futur candidat au poste de Premier ministre dès décembre 2021. Mais aucune échéance n’avait été donné et Hun Sen n’a jamais annoncé publiquement son intention de passer la main dans ce mandat.

Hun Manet, général haut gradé de l’armée cambodgienne, n’a jamais détenu aucun mandat politique. C’est en étant élu député pour la première fois lors des législatives de dimanche qu’il est devenu éligible à cette fonction. À noter qu’il n’a pas été présenté comme futur Premier ministre lors de la campagne, mais les indices et allusions directes s’étaient multipliés.

Hun Manet était aussi de plus en plus présent aux côtés de son père depuis quelques années. Lors de visite de chef d’État ou du sommet de l’ASEAN par exemple. Cette succession héréditaire ne sera certainement pas la seule. Il est attendu que de nombreux ministres soient aussi remplacés par leur progéniture.

À lire aussiCambodge: des électeurs désabusés à la veille du scrutin

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :