Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Législatives en Espagne: au lendemain du scrutin, des électeurs lassés des tractations politiques

Alors que les partis politiques entament de longues et ardues négociations pour créer des alliances afin de former un gouvernement, les Espagnols assistent avec une certaine fatigue à ce dénouement électoral surprise, et sans grande confiance en un résultat satisfaisant. Dans leur majorité, ils souhaitent qu’il y ait un accord valable mais surtout, ils aspirent à profiter des vacances estivales sans le brouhaha politique.

Avec notre correspondante à Madrid, Diane Cambon

Cette soirée électorale de vertige et Juan Carlos ne s’y attendait pas. Pour cet électeur du parti conservateur, la droite devait gagner confortablement, comme l’avaient indiqué les sondages. « J’ai vraiment été surpris par ce résultat, j’avais cru dans les sondages, dit-il. La gauche avec ses alliés ne va pas perdre cette occasion de gouverner, elle va appliquer la loi qui existe. C’est une question d’arithmétique. Celui qui n’a pas de soutien va dans l’opposition. Ce gouvernement durera le temps qu’il faut et sinon on est bon pour de nouvelles élections en décembre ou en mars 2024. »

Isabel, âgée de 33 ans, redoute ce scénario de la répétition électorale : « On va sur une mauvaise pente si les partis n’arrivent pas à trouver un accord, car finalement c’est ce genre d’attitude qui mine la confiance des citoyens ». Mario, son mari, reconnaît une certaine lassitude post-électorale et ne veut pas entendre parler des futures tractations entre les partis. « Moi, tant que l’extrême droite n’arrive pas au pouvoir, cela me va. Les gens en ont marre un peu de la politique. En fait, cela revient au même, le bord politique où ils sont, les idées… Finalement, ils se vendent tous », estime-t-il.

Le feuilleton politique risque pourtant d’être présent tout l’été, jusqu’à ce que le parti qui a recueilli le plus de voix, à savoir le Parti populaire, demande au roi de convoquer la cérémonie d’investiture au Parlement.

À lire aussiLégislatives en Espagne: malgré la défaite, «un pari réussi» pour Pedro Sanchez

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :