Senegal
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Alioune Tine, expert indépendant de l’Onu, sur les droits humains au Mali : «Le nombre élevé des violations attribuées aux Fds demeure préoccupant»

Par Dieynaba KANE – La situation des droits de l’Homme au Mali reste préoccupante. L’expert indépendant de l’Onu, Alioune Tine, qui était face à la presse hier après une mission effectuée au courant de ce mois dans le pays, tout en n’omettant pas de charger les groupes extrémistes violents, relève que «le nombre élevé des violations des droits humains attribuées aux Forces de défense et de sécurité maliennes demeure préoccupant». D’après Alioune Tine, «plusieurs sources crédibles ont signalé que dans certains cas, ces violations ont été commises par les Forces de défense et de sécurité maliennes, accompagnées par du personnel militaire étranger décrit comme étant russe».



Alioune Tine, expert indépendant de l’Onu, sur les droits humains au Mali : «Le nombre élevé des violations attribuées aux Fds demeure préoccupant»
M. Tine précise que «les autorités maliennes continuent de rejeter les informations selon lesquelles une société militaire privée russe opérerait aux côtés des Forces de défense et de sécurité maliennes». A en croire l’expert indépendant des Nations unies, les autorités locales «insistent sur le fait que les membres du personnel militaire russe présent au Mali sont des instructeurs militaires déployés dans le cadre d’une coopération bilatérale d’Etat à Etat».
M. Tine a tenu à rappeler que «(…) le Mali doit, conformément à ses obligations internationales en matière des droits humains, agir avec la diligence requise pour prévenir des violations ou atteintes aux droits humains, enquêter sur ces actes et punir les responsables, que ces actes soient perpétrés par l’Etat ou par des tiers, y compris des particuliers, des entreprises ou d’autres entités, ainsi que des agents agissant sous leur autorité».
Pour lui, «le Mali doit s’assurer également que les victimes de ces violations ou atteintes reçoivent des réparations justes et efficaces pour le préjudice qu’elles ont subi». Dans la même veine, il soutient que «le Mali doit permettre aux organisations et institutions nationales et internationales d’avoir accès aux espaces et lieux où des violations ou atteintes aux droits humains ont été commises pour enquêter de manière indépendante et impartiale et faire des rapports conformément à leur mandat».
Se désolant de cette situation, l’expert indépendant rapporte avoir vu «des victimes portant sur leurs corps des traces visibles de tortures atroces, cruelles et barbares qu’elles au­raient subies aux mains des Forces de défense et de sécurité maliennes». Leurs témoignages, renseigne Alioune Tine, «étaient difficilement soutenables». Et de poursuivre : «En vue d’obtenir de leurs victimes des aveux, les auteurs présumés de ces actes auraient soumis leurs victimes à des actes tels que la simulation de noyade et forcé d’autres à se coucher nus sur des tôles chauffées au soleil, avec comme effets pervers de brûler les victimes de manière atroce. Ces actes ne doivent absolument pas rester impunis.»
Alioune Tine «recommande fortement aux autorités, à la communauté africaine et internationale, d’entretenir un dialogue constructif global pour garantir la stabilité et la sécurité du Mali et de renforcer la protection des droits fondamentaux des populations civiles et d’éviter l’isolement du Mali».
L’expert indépendant a appelé «les groupes armés à cesser immédiatement toutes les hostilités et attaques dirigées contre les civils et à respecter les droits humains et les libertés fondamentales des populations civiles». Il demande aux «mouvements armés signataires (…) de cesser les attaques et violences de toutes natures exercées sur les populations civiles à Ménaka».
M. Tine invite le gouvernement malien et les partenaires internationaux, notamment les membres du Conseil de sécurité des Nations unies, à faire de «la protection des droits humains, une priorité absolue qui fait l’objet d’un consensus».
dkane@lequotidien.sn

Affaire des 49 militaires ivoiriens arrêtés au Mali

«A la base, des dysfonctionnements»

Interpellé sur l’affaire des 49 militaires ivoiriens arrêtés au Mali, Alioune Tine soutient en avoir discuté avec les autorités maliennes et la Minusma. Il renseigne que «tout le monde s’accorde à reconnaître que ce sont des dysfonctionnements au niveau de l’Administration, au sein des Nations unies. C’est une question sérieuse et sensible, et les chefs d’Etat sont en train de trouver une solution».


dkane@lequotidien.sn







Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur