Senegal
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Macky Sall, un orfèvre en politique !

Quand un homme se fait labyrinthe, il faut trouver le bon fil d’Ariane, si on veut l’étudier et en sortir les idées claires. Définir Macky Sall est quasi impossible et le résumer improbable. Est-ce le Léviathan politique ? Il a réussi à déboulonner Me Abdoulaye Wade, en seulement 3 ans d’opposition.

C’est dire que le Chef de l’Etat du Sénégal dispose d’un Quotient intellectuel supérieur à la moyenne. Politiquement parlant ! Tel un phénix, le président de l’Alliance pour la République renait toujours de ses cendres. On le qualifie de bête politique qui, comme le géant de la mythologie, reprend ses forces dès qu’il touche terre. Son charisme est jusque-là inégalé sur la scène politique sénégalaise.

En témoigne son accession au pouvoir, trois ans seulement après avoir créé son parti «APR». Depuis son arrivée sur la scène politique, il a été toujours combattu. Mais il sort toujours vainqueur dans ses combats. Stratège et surtout méthodique, le Président Macky Sall a su relever tous les défis auxquels il a été confronté avec élégance et maestria.

On peut tout lui reprocher sauf l’amour de sa patrie avec un bilan très reluisant en matière d’infrastructures et une sécurité sans commune mesure. Nous lui devons quiétude dans une sous-région instable. Il  assure au peuple sénégalais une sécurité. Avec Macky, les indicateurs de développement sont aussi perceptibles à travers la réduction de la distance. On ne mesure plus les distances par des kilomètres. Macky Sall réalise de grandes performances économiques et sociales. Avec lui, le budget du Sénégal est en hausse, étant arrêté, cette année, à plus de 6.000 milliards FCFA et continue d’être financé en grande partie par des ressources internes. Pour beaucoup d’économistes, le PSE, référentiel économique et social à court et long terme est sur une dynamique de croissance.

Sur le plan social, les innovations sont nombreuses : Bourses de sécurité familiale, Couverture Maladie Universelle, PUDC, hausse généralisée des salaires pour tous les fonctionnaires (une première au Sénégal) laquelle conséquemment, participe à l’amélioration du pouvoir d’achat. Il y a aussi la baisse du loyer, la maitrise de l’inflation avec la subvention des denrées de première nécessité y compris l’électricité. Le TER, le BRT et le pôle de Diamniadio sont, sans conteste, des exploits urbains et infrastructurels majeurs de Macky.

En 10 ans, le Président Macky Sall a fait mieux que Senghor, Diouf et Wade. En résumé, c’est le meilleur homme politique et Président sénégalais de tous les temps.

MACKY SALL, L’HOMME DU BARAKA

Macky Sall arrive au pouvoir, et le Dieu du pétrole et du gaz vint au secours du Sénégal. Alors que personne n’y croyait plus, alors qu’aucune compagnie pétrolière ne voulait plus prendre le pari risqué de venir investir dans nos eaux longtemps exploitées sans succès, car plus de 125 millions de dollars ont été dépensés sans succès entre 2000 et 2012 seulement par certaines compagnies pétrolières comme Fortesa, Hunt Oil… chacun ayant injecté des montants variant entre 21 et  37 millions de dollars !

Cependant, un grand tournant va complétement changer la donne avec l’arrivée du Président Macky Sall en 2012 sur le plan de la recherche et de l’exploitation des ressources naturelles et des hydrocarbures au Sénégal. Bien qu’encore inexploités, le pétrole et le gaz sénégalais font partie des plus importants gisements du monde. Le Sénégal est aujourd’hui dans le cercle restreint des plus grands pays producteurs de gaz et de pétrole.

Preuve qu’il a la Barka. La coupe d’Afrique s’est invitée à la fête de la découverte du pétrole ! Alors que le scepticisme d’aventures souvent voués à l’échec d’une équipe nationale « maudite » incapable de gagner une coupe d’Afrique des nations depuis l’indépendance du Sénégal.

Alors que personne n’y croyait plus, le Président Macky SALL accédant à la tête du pays dût prendre en main et en charge personnellement les difficultés et problèmes de l’équipe nationale du Sénégal qu’il croyait, lui, capable de se hisser sur le toit de l’Afrique.

MACKY ADULÉ DANS LE MONDE 

Nul n’est prophète chez soi, dit la maxime. Macky Sall en sait quelque chose. Regardé à la loupe, jugé dans ses moindres actes, critiqué avec acerbité et écossé par des Sénégalais, il est considéré dans beaucoup de pays africains et européens et au sein des Organisations internationales comme un chef d’Etat exemplaire et modèle.  En Gambie, il fut un ange et un libérateur.  Au sein de la CEDEAO, il incarne un leadership nouveau. Homme de principe, il ne rompt pas. En Mauritanie, au Mali et en Guinée Conakry, il est considéré comme une force diplomatique qui œuvre pour une Afrique nouvelle, une Afrique qui immerge. Le Maroc l’ovationne. Désormais, il porte la voix de l’Afrique dans les instances internationales. Des pays leaders aux dirigeants crédibles le louent et saluent sa volonté d’imposer davantage l’Afrique.

Lors de la dernière AG de l’ONU aux USA, Macky fut l’attraction du sommet. Il a été adulé par les dirigeants des grandes puissances occidentales.  Le chef de l’Etat sénégalais faisait partie des personnalités les plus sollicitées. La preuve par les audiences qui étaient sollicitées et les invitations reçues par son cabinet. C’est le patron de l’Onu, Antonio Guterres, qui est le premier à demander à s’entretenir avec Macky Sall après que les Etats-Unis, pays hôte, lui ont fait l’honneur de lui céder sa deuxième place dans l’ordre de prise de parole. Ce qui apparait, selon une note de la présidence du Sénégal, comme un privilège sous l’angle d’une marque d’admiration à l’endroit du Sénégal et de son Président.

Il impressionne les dirigeants du monde par l’ingéniosité de ses répliques. On se rappelle de sa discussion avec l’ex DG du FMI : « Vous êtes féministe ? », lui demande Christine Lagarde face aux micros. « Non. Je suis humaniste », répond Macky Sall « Donc comment peut-on aider l’Afrique », consulte la DG. «  En écoutant l’Afrique », réagit le Chef de l’Etat sénégalais. « Vous êtes impressionnant Monsieur le Président de la République », conclut Christine Lagarde en le regardant de façon admirative.

Aux Etats-Unis, il reçut de la Chambre de Commerce de New-York un Prix d’Excellence pour ses performances économiques. A la COP22 de Marrakech, il est ovationné. A Paris, on lui déroule le tapis rouge.  La Chine le glorifie. A l’ONU, il est complimenté. Sa visite en Russie fut un franc succès ; il est amodié pour ses audaces diplomatiques.

MACKY SALL MAITRE DU JEU POLITIQUE

Lors du dernier conseil des ministres, le chef de l’Etat a demandé à son ministre de la Justice d’examiner la possibilité d’amnistier les personnes qui ont perdu leurs droits civiques. On pense à Karim Wade et Khalifa Sall. Amnistier les deux cités en les remettant  en selle dans le jeu politique national, bouleversant la donne politique ferait perdre à Ousmane Sonko son leadership supposé. Le chef de l’Etat réussira alors à fracturer l’opposition en mettant en exergue trois candidats présidentiables dans l’opposition (Karim, Khalifa et Sonko) à l’avantage du camp du pouvoir. Macky Sall mettra ainsi à sa dualité avec Ousmane Sonko au profit de la majorité présidentielle. Aux côtés de Karim Wade et Khalifa Sall, le leader de Pastef redevient un simple opposant parmi tant d’autres. Et l’argument qu’il a toujours avancé de vouloir l’éliminer pour des motifs politiques disparaîtra de lui-même. C’est dire que l’amnistie à venir pour ces deux K, ne fera pas que des heureux sur le champ politique. Les jeux sont ouverts.  Force est de reconnaitre que Macky Sall reste orfèvre en politique.

SAFIETOU DIOP