Senegal
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Paoskoto / Commémoration de la victoire de Maba face aux troupes françaises : la revalorisation du site de Pathé Badiane annoncée (Aliou Sow).

Les populations du département de Nioro, plus précisément celles de la commune de Paoskoto, se rappellent de la date du 30 novembre 1865. En effet, il y a de cela 145 ans, dans le Saloum, un homme armé de courage, de foi et de moyens militaires très limités avait infligé aux troupes françaises conduites par le gouverneur Pinet Laprade une sévère correction dans la commune de Paoskoto, plus précisément dans la cuvette de Pathé Badiane.

À cette occasion, le gouvernement a été représenté par le ministre de la Culture et du Patrimoine historique, Aliou Sow. En présence de l'administration territoriale et de la population du département de Nioro, les festivités ont été organisées hier dans la cuvette de Pathé Badiane (commune de Paoskoto).

Le ministre de la culture a annoncé lors de la cérémonie, la sécurisation et la construction d'une mosquée sur le site, la mise à disposition de bourses et de subventions pour les chercheurs qui sont intéressés par l'œuvre et la vie de Maba Diakhou Ba, la réalisation d'un film mémoriel pour donner du contenu au site, etc...

Pour rappel, la défaite des troupes françaises à Paoskoto était la deuxième concédée par des Toubabs face à des africains après celle d'Adoa en Éthiopie. Le roi Al Pulaar a beaucoup contribué à l'expansion de l'Islam au Sénégal et dans la sous région. Durant son règne, le Toubab n'a jamais osé s'approcher du Saloum. Il était surnommé "Le jeune guerrier au sabre tranchant des deux côtés."  Maba Diakhou Bâ, né en 1809 et mort en juillet 1867, était un marabout du Rip, disciple d'Oumar Tall, devenu Almamy du Saloum. Il est le fils de Ndiogou Bâ, un marabout originaire du Fouta-Toro, venu s'installer au Saloum et de Diakhou Dièye, femme d'origine sérère native du Djolof...