Senegal
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Ressources : Le pétrole du Sénégal fait courir le monde selon Marwane Ben Yahmed

Check Also

ZAHRA-IYANE-THIAM

Le ministère de la Microfinance et de l’économie sociale et solidaire  a présenté hier,  la …

Ressources : Le pétrole du Sénégal fait courir le monde selon Marwane Ben Yahmed

Ressources : Le pétrole du Sénégal fait courir le monde selon Marwane Ben Yahmed

Economie 17 Vues

Le Sénégal peut devenir producteur d’ici quelques mois, un grand producteur de pétrole et de gaz,  le Sénégal pourrait prendre une tout autre dimension économique confie Marwane Ben Yahmed . Avec des retombées directes sur l’ensemble de la sous-région.  Ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest place beaucoup d’espoir dans l’exploitation future commune avec la Mauritanie des champs de gaz et de pétrole découverts dans l’Atlantique ces dernières années.

Le Sénégal se dit prêt à fournir du gaz à l’Europe. C’est l’une des conclusions issues de la visite au Sénégal du chancelier allemand Olaf Scholz. Des discussions sont enclenchée avec des pays producteurs de gaz et le Sénégal est en pole position pour appuyer Berlin dans sa quête d’énergie. Pour sa part, Berlin se dit prêt à participer à des projets autour des ressources en gaz de ce pays d’Afrique de l’Ouest. Présent dimanche au Sénégal, m’émissaire allemand et le Président sénégalais Macky Sall, ont abordé la question.

Lors du point de presse conjoint de ce dimanche 22 mai, le Président Macky Sall a confié que le Sénégal était prêt «à travailler dans une perspective d’alimenter le marché européen en gaz naturel liquéfié». Le dirigeant a par ailleurs indiqué avoir «demandé au chancelier de nous accompagner pour le développement de ces ressources de gaz, pour la production de GNL à partir de l’Afrique vers l’Europe, et aussi pour le gas-to-power». Transformation locale quasi inexistante, trop faible création de valeur ajoutée, et donc d’emplois, industrialisation balbutiante… Riche de ses matières premières, qu’elle exporte à l’état brut un peu partout sur la planète, l’Afrique est régulièrement accusée de se contenter du minimum syndical.

Pourquoi la Guinée s’évertue-t-elle à vendre sa bauxite au lieu de l’aluminium qu’elle pourrait produire à partir de ce minerai ? Pourquoi le Gabon exporte-t-il son bois et non les meubles avec lequel ils sont fabriqués en Chine et qu’il est contraint d’importer ? Pourquoi le Nigeria achète-t-il l’essence dont il a besoin alors qu’il est un géant pétrolier ? La réponse est aussi simple que désespérante : parce qu’ils n’ont pas les moyens de faire autrement !

Après la découverte de champs de gaz et de pétrole dans l’Atlantique, le Sénégal prévoit d’intégrer le gaz dans sa production d’électricité. L’annonce a été faite par le directeur général de la SENELEC (Société nationale d’électricité du Sénégal). Ce qui, selon lui, décuplerait l’offre d’électricité, tout en réduisant le coût de production. D’ailleurs, le pays prévoit de produire 2,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an, à partir de 2023 avec comme objectif 10 millions en 2030.