Senegal
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Thiès : « Aucune initiative de défiance ou de dissidence mettant en péril les droits sacrés du pays ne doivent être admises » (Maty Senghor Bèye)

La manifestation organisée par la coalition Yewwi Askan wi dans la capitale sénégalaise n'est pas du goût du Réseau des enseignants républicains de la cité du rail. Le réseau dénonce sa tenue, dans un communiqué parvenu à Dakaractu.

"Aujourd’hui, l’école de la République vit une autre forme de perturbation résultant des tensions politiques en perspective des élections législatives du 31 juillet 2022. Le peuple est dans l’émoi car, l’opposition appelle à manifester à la Place de la nation pour dénoncer la décision du Conseil constitutionnel validant les différentes listes admises au scrutin", explique le document. Qui poursuit :  "Nous lançons un appel à l’endroit de tous les acteurs du corps politique, particulièrement à ceux de l’opposition pour la restauration des valeurs républicaines qui puisent leur essence dans la paix et le respect des principes de droit en vigueur".

Idem pour la jeunesse, qui, selon le Réseau des enseignants républicains incarne l'avenir de ce pays. "Nous invitons la jeunesse pour une prise de conscience, surtout par rapport à leurs responsabilités de bâtisseurs de la nation et aussi, de porteurs d’espérances. La violence, quelles que soient ses formes et ses motivations, est à bannir dans un État bien organisé", explique le document.

Non sans faire remarquer que "la charte fondamentale de notre pays, dans son bloc de constitutionnalité, consacre en bonne place, les libertés individuelles et collectives. Aucune initiative de défiance ou de dissidence mettant en péril ses droits sacrés de notre pays ne doivent être admises". 

Selon la coordinatrice dudit réseau, Maty Senghor Bèye, toute la responsabilité revient aux parents qui doivent pleinement jouer leur partition pour la paix et la stabilité du pays. "Nous sollicitons aussi le soutien des parents pour veiller à la sécurité des élèves qui doivent parachever l’année académique dans de meilleurs auspices. Cela devrait être leur seule et unique préoccupation. Mais, l’Etat, dans ses prérogatives régaliennes, est prié de veiller sur la protection des personnes et de leurs biens tout en privilégiant le dialogue inclusif afin d’asseoir un consensus générationnel pour le futur", dira-t-elle.

Cependant, le réseau des Enseignants Républicains de Thiès salue les décisions du Président de la République qui a instruit son gouvernement de procéder, ce mois-ci, à la réalisation effective des premières échéances issues des accords entre l’État et les syndicats du secteur public de l’éducation.

"Ces décisions s’inscrivent dans le cadre de la mise en exécution d’une politique sociale de revalorisation des traitements des agents de l’Etat. Ces actes unanimement appréciés par la communauté éducative ont beaucoup contribué à l’apaisement du front social. C'est le moment de saluer la générosité du Président de la République qui donné suite à ces revendications de longue date et des enseignants qui ont compris les enjeux du moment. Nous saluons également la responsabilité historique de la société civile surtout la Cosydep et les parties garantes pour respect et l'effectivité des accords", déclare-t-elle.